Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 23:50

" Que deviennent toutes les larmes qu'on ne verse pas ?"
Jules Renard



J'ai trouvé la question très belle, et très intéressante...
Décidément l'inégalité règne partout, même devant les larmes nous ne sommes pas égaux... Certains peuvent déverser des torrents salés pour un oui ou pour un non, là où d'autres auront du mal à trouver une larmichette même dans les passages les plus difficiles à négocier dans la vie...
Est-ce que cela est dû à des constitutions physiologiques différentes ? ...

Ces larmes versées en abondance mettent-elles la santé en péril, en provoquant comme une sorte de déshydratation ?...
Et si c'était le cas, alors on pourrait trouver tout à fait sain, de noyer son chagrin dans l'alcool, ne serait-ce que pour se réhydrater...

Et celles que l'on ne verse pas, nous font-elles courir un risque de rétention d'eau, pouvant nuire à notre équilibre physique global ?...
Dans ce cas devrait-on forcer sur les diurétiques en cas de panne sèche de larmes ?...

A-t-on un quotat de liquide prévu à la fabrication des larmes, comme une sorte de réserve d'urgence en cas de nécessité ?... Est-ce que, si cette réserve existe, elle fonctionne comme les crédits revolving, dont on reconstitue la cagnotte au fur et à mesure du temps ?...

Beaucoup de questions en suspens...

Et en dehors de ces considérations physiologiques, quel est le rôle des larmes ?...
A quoi servent-elles ?...
Peut-on établir un rapport de proportionnalité entre le volume de larmes versées et l'intensité du chagrin ou de la douleur éprouvée ?....
Et les gens qui ne pleurent pas, sont-ils réellement sans coeur et sans douleur ?...
Sont-ils normalement constitués physiologiquement parlants cette fois ?...

Naturellement je ne vais pas pouvoir répondre à ces questions... Je ne peux qu'exprimer une opinion, en passant, comme ça...
Il y a parfois dans une seule larme, plus de douleur que dans toute une rivière. Comme en tout je crois, ce n'est pas la quantité mais la qualité qui compte...

Et puis il n'y a pas que les larmes de douleur et de chagrin, il y a aussi les larmes d'émotion, les larmes de rire, les larmes réflexes quand on prend un moucheron dans l'oeil, ou quand on épluche des oignons...

Toutefois, le mécanisme qui régit leur versement reste mystérieux...
Comment peut-on verser des larmes d'émotion, et pas des larmes de chagrin ?...
Comment peut-on verser des larmes en épluchant des oignons, et pas quand on apprend une très mauvaise nouvelle ?...
Quelles barrières émotionnelles gardent l'accès au du pays de nos larmes ?...

Je ne sais pas où vont toutes les larmes que l'on ne verse pas... ni même où vont celles que l'on verse d'ailleurs......

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...