Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 02:29

" Les livres que tu as étudiés ne sont que les empreintes effacées des pas des sages du passé. Ces empreintes sont laissées par des chaussures, mais elles ne sont pas ces chaussures."
Tchouang Tseu



Les empreintes sont des indices de passage laissés au sol par les semelles de nos chaussures, et à moins de traverser des plaques de béton en cours de prise, elles sont vouées à s'effacer avec le temps...
Leurs contours ne sont pas toujours très nets, toutefois elles donnent des indications sur les directions empruntées, la façon de marcher ou encore le temps écoulé depuis qu'elles ont été laissées...
Leur degré de résistance dans le temps dépend de plusieurs facteurs, le support sur lequel elles se gravent ainsi que leur exposition aux intempéries, la corpulence de la personne qui les laisse, le temps qu'il fait, etc...

Les livres permettent de la même façon de laisser des traces... des traces d'une pensée, qui se cherche ou qui se pose en conclusion de cette recherche...
Tout comme nos empreintes de pas, les traces qu'ils laissent sont vouées à s'effacer avec le temps : avec le temps qui passe et qui les repousse sans arrêt plus loin dans le passé, et avec notre temps personnel à nous qui diminue leur impact sur nous avec de nouvelles connaissances et savoirs qui s'y superposent...
La longévité des traces laissées par nos lectures dépend aussi de plusieurs facteurs : la quantité et la fréquence de savoirs nouveaux que l'on acquiert, le degré "d'éclairage" que nous ont apporté ces lectures, l'appropriation qu'on en a faite, etc...

En effet, les traces laissées par les réflexions de "sages" du passé sont des pistes de réflexion, non des ports d'attache.
Elles permettent de nous signaler des points de départ vers des destinations dont on n'a pas nécessairement connaissance, mais auxquelles on ne peut prétendre qu'en y ajoutant notre propre réflexion...
Ce serait un peu trop facile de chausser comme ça, les mocassins des autres sans avoir besoin d'avancer ses pieds par soi-même.

Si l'idée semble séduisante, d'avancer sans cet effort de se mouvoir seul, elle se heurte très vite à l'inutilité d'être...
Ce sont nos réflexions et expériences éprouvées qui nous font acquérir notre "sagesse", les dires et actes des autres ne sont jamais que des évènements extérieurs, qu'on ne peut jamais décalquer sur nos propres circonstances...

L'être humain n'est pas une fabrication en série, même dans le cas de gémellités ou plus...
Nous avons physiquement tous notre ADN personnel, et il en va de même pour notre construction psychologique et spirituelle...
Nous ne pouvons pas vivre la vie de quelqu'un d'autre...
Nous avons tous nos circonstances, nos contraintes, nos désirs, nos motivations, notre chemin personnel. Inutile de chercher du prêt à vivre en croyant qu'il pourra nous aller à merveille.
Ce n'est qu'en étant et en faisant qu'on devient...
Qu'on devient quoi ?... Qu'on devient ce que l'on est... Et "être" n'est pas une tâche si facile...

L'étude est une chose importante dans le développement spirituel d'une personne, mais ne peut être une fin en soi... Si l'on n'ajoute pas sa réflexion à la connaissance, celle-ci ne nous gratifie que de peu de valeur ajoutée...

Et puis... il faut bien le reconnaître, c'est toujours dans nos pantoufles personnelles qu'on est le plus à l'aise, non ?... ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...