Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 02:22

" Le romancier n'est ni historien ni prophète : il est explorateur de l'existence."
Milan Kundera



Autant de romanciers, autant de méthodes d'exploration différentes, une seule constante : la liberté totale d'égrener ses mots selon un rythme particulier.
Chaque romancier assoit son univers et son atmosphère... Changeant de personnages, de cadre et de lieu, on reconnait toujours la griffe du "maître", par une façon particulière d'aborder l'histoire et de la dérouler...
Le romancier ne reproduit pas une réalité, il la débride de tout ancrage même s'il peut s'inspirer de faits réels...
Mais qu'est-ce que la réalité après tout ?...

Ce qu'on demande à un roman n'est-ce pas de nous transporter, le temps de feuilleter quelques pages, dans un univers qui nous donnera à nous-mêmes, lecteurs, le loisir d'y poursuivre notre propre monde imaginaire ?...
Le romancier de fiction décrit avec réalisme, des histoires qu'il invente.
Cette création récréative n'a pas pour but, de retracer avec vérité, notre présent ou notre passé, mais partant d'un morceau de vie pris sur l'instant, de le déployer selon les possibles qu'il a envie de rendre probables...

L'historien cherche des indices, pour apporter des témoignages comme preuves de ce qu'il avance...
Le prophète sème des visions, pour colporter des idées comme bases de ralliement à une croyance...
Le romancier partage des mots, pour inviter au voyage comme une main qui se tend vers tous les possibles...

Pouvoir de la sorte, partant d'une réalité, faire dévier les trajectoires selon ses propres envies, est somme toute un jeu palpitant...
"La vérité existe, on n'invente que le mensonge." disait Georges Braque.
Mais inventer n'est pas synonyme de mensonge.
Inventer c'est laisser parler la spontanéité des situations, qui si elles n'étaient pas sans cesse contraintes ou raisonnées, pourraient donner lieu à plus de liberté d'être.

On ne peut éviter complètement l'exposition au jugement dans la réalité...
Le roman ouvre les portes d'un monde, libre de se réaliser comme il en convient au narrateur, un monde que seuls les lecteurs peuvent juger, sans pourtant avoir de prise sur l'histoire qui se continue....
La liberté du romancier est d'être seul maître en son bateau...
Il peut, comme bon lui semble, faire évoluer ses personnages, son histoire et ses valeurs morales... dégagé de toute culpabilité par la vivante inexistence de faits et de personnages réels...

Le romancier est lui-même un monde, qu'il prend plaisir à explorer, repoussant toujours plus loin les frontières de l'imagination, alors même qu'il croit les posséder...
Le pays imaginaire est un lieu à la fois puissant et magique, qu'aucune loi ni morale ne peut dompter.
Tous les permis y sont possibles... et tous les possibles s'y permettent...
La réelle crédibilité ne fait pas question, l'important c'est l'histoire en mouvement, et le cheminement naturel qui se fait...

Pas besoin da bagage ni de balisage, on peut vivre l'aventure de l'écriture sans parure ni armure...
Avec un petit bout de notre cerveau, plonger dans les mots, et s'y panser l'âme sans même y penser...
Le romancier n'est pas un prophète mais plutôt un initiateur...
Le romancier n'est pas un historien mais bien un montreur de vies...

Prendre la route de l'imaginaire, et voyager au centre de l'être... ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...