Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 19:06

" Le bonheur, c'est être quelqu'un, pas quelque chose."
David Baird



Encore faut-il s'entendre sur ce que signifie "être quelqu'un"...
Si "être quelqu'un" n'est défini que par le regard d'autrui posé sur soi, il peut être tout à fait vide de sens pour soi-même...
Etre quelqu'un, il faut se l'approprier pour soi, et non pour le jeter en dehors de soi, comme une carte de visite qui nous donnerait vie par une fonction ou une image publique valorisante aux yeux de la société, dans laquelle on évolue...

En effet, si l'image de soi est assujettie au jugement d'autrui, alors on n'est plus quelqu'un, mais quelquechose que l'on représente pour les autres...
La frontière entre l'être pour soi et l'être pour les autres est mince, quand on raisonne en terme d'image.
L'être doit se ressentir bien au-delà de l'image : être c'est tout simplement notre essence...
Mais la simplicité est très souvent difficile à trouver... aussi paradoxale que cela puisse être...

Etre quelque chose, relève de la possession plus que de l'être...
Quand nous sommes "quelque chose", nous possédons certaines capacités, compétences, talents ou valeurs, qui nous confèrent alors un statut, qui nous définit partiellement.
On ne peut pas se réduire à une définition de choses...
Etre quelqu'un, c'est se ressentir comme possesseur de sa personne et de sa personnalité dans une optique plus intégrale, qui prend en compte plusieurs, voire toutes les facettes que l'on peut présetre...
Etre quelqu'un, c'est être en pleine possession de soi...

Néanmoins, il est humain de se sentir beaucoup plus valorisé par des possessions aisément identifiables par les autres, que par sa propre conscience de la valeur que l'on a individuellement et personnellement...
Toute recherche de sagesse, de développement personnel ou de mieux-être, passe nécessairement par ce détachement de l'image de soi qui atteint les autres.
S'affranchir du regard, gratifiant ou dévalorisant, posé par le monde extérieur, c'est se concentrer sur l'essentiel...
C'est chercher en soi une paix, qu'il serait impossible de trouver à l'extérieur, car tout jugement est sujet à controverse... On en peut jamais faire l'unanimité, à tous points de vue, auprès de tout le monde...

Sans aller jusqu'à une recherche de sagesse, savoir que l'on n'a seulement à trouver sa propre valeur pour soi, et non à la prouver aux autres, est d'une utilité pratique incontestable pour apaiser son esprit.
Dégagé de ce besoin narcissique d'être reconnu, on développe alors ses propres valeurs, qualités et capacités, et donc, elles se répercutent sur la qualité de notre relation aux autres.
Considérer qu'il est besoin d'être quelque chose pour être quelqu'un , c'est presque prendre le problème à l'envers...
On ne sera jamais quelque chose, si l'on n'est pas d'abord quelqu'un...

Ainsi le bonheur... ne peut-il être approché que de l'intérieur... et ne sera jamais durable s'il provient d'une chose extérieure...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...