Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 23:45

" En ces temps difficiles, il est bon d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant sont nombreux les nécessiteux."
Chateaubriand


Le mépris est un sentiment ambivalent, dans la mesure où il nous positionne en dehors de tout champ émotionnel productif.
Le mépris pousse en dehors de nos frontières ce qui nous dérange, jusqu'à l'invisibilité et l'inexistence...
Le mépris, c'est quelquepart, considérer que quelque chose ne vaut même pas la peine d'être considéré, ainsi donc progressivement on fait disparaitre cette chose en la délestant de toute importance.
Cela peut être une façon dangereuse de fermer les yeux...

A ce titre, on peut penser que Chateaubriand lance un appel, une mise en garde, là où le mépris peut se traduire par quelque chose d'encore plus néfaste : l'indifférence.
A force de se blinder dans le désintérêt de ce que l'on considère comme stérile, on court le risque de ne plus éprouver l'envie de se battre pour ce à quoi l'on croit...
Le mépris peut aussi n'être qu'aveu d'impuissance à faire valoir une valeur que l'on croit supérieure à l'expression de son dédain...

Le mépris ne devrait servir qu'à défendre son territoire personnelle contre les affronts égocentriques, dont nous nous sentons tous parfois un peu victimes.
Il est des situations, où le mépris est l'ultime vengeance que l'on peut sereinement déguster, car il n'y vaut pas la peine d'user de son énergie, pour se battre contre la petitesse ou l'impossible compréhension...
Toutefois, quand l'enjeu dépasse notre sphère personnelle, il est bon de s'interroger sur les conséquences d'un mépris généralisé, et de se demander quelles peuvent être les conséquences si tout le monde agit de la sorte...

C'est rarement par le mépris général qu'une défense habile peut s'engager...
Le mépris, c'est le contraire de l'action, c'est s'abriter derrière des paravents de supériorité parfois, en pensant que l'orgueil qui anime ce sentiment, est une bannière auréolée qui nous place en tête, au-dessus de tous les autres...
Et puis... le mépris, c'est parfois aussi plus facile que la riposte...

" En ces temps difficiles"... mais... tous les temps sont difficiles...
Cela fait des siècles que l'homme s'apitoie sur la dureté de la vie, sans parvenir à comprendre durablement, que la vie n'est pas un jeu de pistes, sans obstacles ni risques, mais bien un terrain sauvage à découvrir et à parcourir, chacun en éclaireur, à la recherche du même bonheur...
Les temps ont offerts des difficultés de tous ordres aux hommes qui les ont traversé...
Le temps de Chateaubriand, le nôtre ou celui qui viendra après nous, ne sont guère différents...
Les époques sont comme les personnes, des univers uniques et particuliers, avec lesquels il faut composer, sans cesse et sans relâche...

Toujours, l'être humain a été interpellé sur la place qu'il devait occuper, la sienne propre et celle plus vaste de l'humain en général à la surface de la terre...
Que de questions posées... et si peu de réponses définitivement trouvées... à croire que l'homme n'est bon qu'à poser des questions...

En vérité cela n'est peut-être pas un mal, car quiconque perd sa faculté de s'interroger, et vit de ses croyances et de ses certitudes, devient inévitablement prisonnier de ses espérances comme des servitudes...

Soyons donc vigilants à nos prises de position, qui en fait, nous excusent de ne pas prendre position......

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...