Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 00:16

" Je continue à composer parce que ça me fatigue moins que de me reposer."
Mozart


Loin du fantasme de ne rien faire que l'on exprime parfois à l'oral, quand la fatigue nous menace de son ombre cannibale, l'inaction totale n'est pas nécessairement reposante...
Ce n'est pas l'inaction que l'on désire, c'est seulement un lâcher prise d'une réalité d'action, qui nous contraint plus qu'elle ne nous satisfait.
L'action plaisante ou gratifiante, même au prix de la fatigue, physique ou intellectuelle est, elle, facilement dépassable...

L'inaction n'est pas repos quand elle se teinte de pensées parasites qui gâchent la quiétude de l'oisiveté physique par une gymnastique cérébrale qui éreinte les neurones résistants.
L'inaction, vide et béante, qui ne s'assume que par l'impossibilité de mener à bien les actions dont on rêve, n'apporte guère plus de paix.
L'inaction n'est pas synonyme de repos, elle est juste proche d'un arrêt de jeu, d'une mi-temps, imposée ou demandée, avant la reprise du jeu...

Le "farniente" n'est pas inaction par contre... Il est temps volontairement dédié au bien-être physique t émotionnel, et peut passer par l'inaction totale, sans en porter la charge négative...
"Qu'il est donc doux... de rester sans rien faire... Tandis que tout s'agite autour de soi... Touche à tout... sauf à la moustiquaire..."
Le farniente doit se pratiquer comme un art de vivre, comme un antidote serein à tout le stress urbain et mental qui fait pression sur notre capacité à apprécier la vie pour ce qu'elle est : des bouffées d'oxygène qui entrent et sortent de nos corps... et pour lesquelles, ce qu'on a encore de mieux à faire, c'est d'en profiter avant que ça ne s'arrête...

Ainsi les pratiques artistiques, nécessitant parfois de nombreuses heures de "travail", ne sont-elles pas ressenties comme contraignantes, car elles participent à nous libérer du cadre de réalité que trop souvent la vie tente de nous imposer... Sortes de lucarnes d'évasion, qu'on peut agrandir jusqu'à en faire de larges baies vitrées, suivant son investissement, son talent, et la foi que l'on a en ce qui nous porte...
Il existe une sorte d'action qui nous régénère bien plus que le repos, car elle nous vide de toutes les inutiles tensions que l'on subit, et nous remplit le temps et l'espace intérieur de paysages fantasmés et fantastiques, à nous en sentir devenir aussi légers que des bulles de savon qui s'envolent au gré des vent, sans résistance aux changements de direction...

Toutes les activités mettant en oeuvre notre créativité nous replace au centre même de notre monde, et nous distancie du jugement d'autrui. Cette distanciation facilite le lâcher prise, et cette relaxation activée est bien plus régénératrice que toute sieste prolongée...
Ce n'est pas le désoeuvrement qui peut nous donner l'énergie pour agir, pour commencer ou recommencer des tâches que l'on tente d'éviter, mais bien une remotivation valorisante, qui donne sens à nos existences...

Ceci dit... après une bonne composition, il était comme tout le monde Mozart, il devait bien aller aussi au dodo de temps à autre... ...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...