Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 02:39


" Pour qu'une intelligence soit reconnue, il ne suffit pas qu'elle soit mesurée, il faut qu'elle serve."

auteur inconnu


Nous naissons tous libres et égaux en droits selon le manifeste des Droits de l'Homme. Certes, mais nous ne naissons pas tous avec les mêmes potentialités.

Sorte de données, attribuées par on ne sait quelle loterie à notre naissance, nos capacités intellectuelles nous constituent sans pour autant devoir nous identifier.
Nous n'en sommes pas responsables à proprement parler, et faisons avec, satisfaits de notre état ou insatisfaits... De toute façon, nous n'avons pas prise sur ces neurones constitutionnels de notre être.

Nous appartenons à une société qui exige de nous de plus en plus de compétences, d'adaptation et de connaissances, et cette composante devient presque comme un enjeu dès lors qu'il s'agit de la tester, de la mesurer, comme si elle pouvait permettre de nous ranger dans un certain ordre, voire même de nous identifier, de forger les bases d'une reconnaissance.
Mais cette reconnaissance d'un état de l'être ne représente pas ce que nous sommes, et ne peut d'ailleurs rien représenter par elle-même.

L'intelligence est un cadeau précieux car elle libère, tacitement, le champ de tous les possibles. Néanmoins, l'intelligence pour l'intelligence, même reconnue, n'amène rien, tant qu'elle ne prouve pas son utilité, tant qu'elle n'est pas mise en service.
En parallèle, nous pouvons y mettre notre propre vie : la vie en elle-même ne représente rien, c'est ce que l'on en fait qui lui donne son sens, sa valeur, et l'attachement qu'on lui porte.

La définition du QI, et donc de l'intelligence, au sens psychologique du terme correspond à peu près à cela : "Le QI, c'est ce que les tests permettent de mesurer", d'où la tendance à mesurer essentiellement les capacités de raisonnement logique, de compréhension et de rapidité, pour lesquels il est plus facile de mettre au point des tests plus ou moins fiables, et d'analyser ensuite selon des critères précis, la valeur des réponses fournies. On peut ainsi établir un barème chiffré, échelonné...
Or, ce n'est qu'une facette de l'intelligence. Celle-ci bénéficie d'un champ bien plus vaste, au-delà de la pure intellectualité. D'ailleurs, on entend de plus en plus parler du QE : le quotient émotionnel.

 On s'est effectivement aperçus que les dimensions créative, humaine, artistique, etc... étaient également des éléments importants, et peut être plus constitutionnels de la personnalité que le QI brut auquel on faisait sans cesse référence auparavant.

Ainsi donc après l'époque des surdoués du QI, on passe à une autre mode, c'est celle des surdoués du QE...
On a l'impression d'avoir progressé un peu dans une vision qui se veut moins réductrice. Néanmoins, qu'on parle de QI, de QE ou de NTQAI (Nouveau Type de Quotient A Inventer), si l'on ne bâtit rien avec ces caractéristiques-là, à quoi sert-il de les mettre en valeur ? Est-ce comme un tableau que l'on accrocherait au mur ... à côté de son diplôme de judo ou de bon conducteur ? Est-ce un ornement que l'on pourrait exhiber comme une marque distinctrice et de ce fait, nous positionnerait, nous classerait sur l'échelle de la vie ?

Non... Toutes ces mesures ne servent à rien...
La valeur d'une personne, à nos yeux ne peut jamais être mise en équation, ou tout simplement chiffrée. La valeur d'une oeuvre, d'une invention, quand elle tend à servir le bien-être ou le mieux-être de tous
-- ce vers quoi tend généralement une invention que l'on peut qualifier de "géniale"-- n'est pas non plus mesurable avec des chiffres.

Par contre, elle peut servir à la reconnaissance de celui qui la produit, non du fait de sa position dans les échelles de tests, mais par la mise au service des autres de ses capacités, partageant ainsi sa "richesse" intérieure enfin dévoilée en place publique, et prouvant son utilité.


Et si on se l'inventait notre NQAI... Quel quotient aimeriez-vous voir mesurer ?...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zéma 13/07/2016 20:33

Dès la première phrase je bloque. En effet JE pense que nous naissons tous avec le même potentiel à quelques exceptions (maladie etc..) . Pourquoi ne somme nous donc pas tous des Einstein me direz vous! Simplement par ce que intelligence doit être stimulé. Si personne ne parlait comment voudriez vous qu'un enfant sache le faire? Au meilleur des cas il atteindrait l'intelligence nécessaire pour inventé un langage en ayant été stimulé par d'autre moyen que la reproduction des faits et geste de ses proches. La discrète curiosité peut elle aussi être un stimulant pour intelligence. Mais dans un monde où ce n'est pas la priorité ( c'est même parfois mal perçu de trop réfléchir ) évidement que nous ne somme pas tous sur-intelligent. Attention il ne résultera pas obligatoirement de deux parents intelligent un enfant intelligent si ces dernier n'ont pas stimulé l'intelligence de leur enfant, et vis versa. Oui je dis bien que si vous êtes con vous auriez pu être intelligent. Mais à qui la faute? Personne. En revanche à partir de maintenant vous pourriez devenir fautif. ;) Changez le monde éduquez/stimulez vos enfants.

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...