Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 23:23


" Quand deux personnes vivent ensemble, les concessions dites mutuelles, viennent presque toujours de la même personne."
Emile Coué


Vivre à deux semble être un défi permanent, qu'à l'heure actuelle de moins en moins de personnes arrivent à relever. En effet, la duréee de vie des couples se réduit d'années en années, le taux de divorce grandissant lui, de façon quasi exponentielle de décennies en décennies. La part des concessions et des compromis pour mener sereinement une vie à deux est importante, or nous vivons l'ère de "l'absolu", nous voulons tout, tout de suite et à moindre coût... Il ne faut alors pas s'étonner que le couple y perde son identité et son ciment...

Le couple n'est pas une entité qui s'autoproclame, mais bien la construction d'une entité nouvelle.
Si certaines règles régissant son fonctionnement se créent très vite, d'autres sont issues de longs débats. Ces débats qui visent à permettre au couple de s'établir sur des bases communes aux deux intéressés, ne se font pas toujours sans heurts, et nécessitent que chacune des deux parties exprime son point de vue, comprenne celui de l'autre, discute de la validité des arguments exposés de part et d'autre, et enfin tranche une position qui définira la règle commune reconnue...


C'est sur ce dernier point, là où l'on tranche, que cela fait mal souvent, même si ce mal n'est pas toujours immédiatement perçu. Naturellement pour trancher, il faut à un moment, donner l'avantage, même infime, à l'un des deux points de vue. C'est là que l'on peut parler de concession, pour celui des deux qui voit l'expression de son point de vue remise en question, et prise en compte seulement en partie...

Ces concessions, bien que nécessaires pour trouver un terrain commun d'accord possible, peuvent aussi être cession d'une partie de soi, en faveur de la communauté d'entité créée, d'où l'expression de "cession à la con". Car, si au départ, ces concessions se font par envie de négocier un fonctionnement harmonieux, elles peuvent aussi devenir routinières, et ne se manifester qu'à sens unique : l'une des deux parties devient alors moindrement décisionnaire dans l'établissement des règles...

Ce schéma, pour réducteur qu'il soit, se rencontre fréquemment.
On peut faire un parallèle avec les codes sociaux qui régissent les meutes dans le monde animal. Une fois les rôles établis, chacun prend une place particulière et attritrée, et ne peut la remettre en jeu que par une lutte de pouvoir...


Quand les concessions viennent toujours de la même personne, deux cas de figures se présentent : soit le couple, ainsi défini est convenablement accepté et fonctionne parfaitement, soit la partie qui se sent lésée finit par ressentir trop fortement cette "cession" de soi face à l'autre, et le couple se retrouve face à une crise...

Gérer les concessions, que l'on fait ou que l'on revendique, de façon entièrement égalitaire semble être en contradiction totale avec le sens même exprimé par ce mot
. Ne pas oublier toutefois, que le préfixe con-, du latin cum qui signifie avec, exprime l'adjonction, la simultanéité, le parallélisme, la réunion ou encore l'identité...


Peut-être faudrait-il inventer un
manuel à l'attention des couples sur les concessions? ... ...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...