Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 17:36

 

" La souffrance d'autrui, même lorsqu'on connait la cause, est une porte verrouillée de l'intérieur contre laquelle on ne peut frapper que discrètement pour que l'autre sache qu'il n'est pas seul."

Yvon Rivard (... toc toc toc ...)



La souffrance est univers d'enfermement le plus souvent... Il semble bien plus aisé de partager sa joie et ses éclats de rire, que de partager ce qui blesse et fait souffrir... comme si la souffrance était d'une intimité si particulière, que la pudeur nous empêche de la montrer telle qu'elle se ressent...
La souffrance habite les secrets qui ne peuvent pas se faire jour, et ses racines s'enfoncent d'autant qu'on cherche à la cacher...

La souffrance n'épargne personne, mais on ne peut pas la mesurer, son appréciation est subjective et relative, bien que son existence soit, pour la plupart, ancrée dans le réel. Il y a des souffrances qui germent en silence, et qui assourdissent pourtant l'être tout entier... et des souffrances qui se font entendre bien plus fort que l'importance qu'elles entretiennent avec la réalité des choses...
On ne peut pas mesurer la souffrance : la souffrance est souffrance, c'est-à-dire mobilisation maximale de ses facultés sur un point sensible qui devient envahissant jusqu'à balayer tout le reste...

La souffrance, c'est la difficulté, voire l'impossibilité, de reconnaître au temps le pouvoir de nous transformer et de nous renforcer. Elle est temps d'arrêt marqué sur des évènements, sensations ou ressentis que l'on n'a pas compris, et dont on cherche en vain d'autres explications, d'autres réels ou d'autres possibilités. La souffrance cesse quand on accepte que les épreuves traversées n'ont de sens que si on s'en sert de tremplin pour rebondir, pour devenir plus forts...

Oui... la souffrance se terre d'ordinaire derrière des portes que l'on ferme à clé... Les petits bobos du quotidien traversent les jours à découvert, mais les grands maux puisent dans l'obscurité des nuits une réserve inépuisable de solitude et de larmes, que la lumière et la chaleur du soleil pourraient assécher s'ils s'y risquaient... Les grands maux se veulent hermétiques aux paroles de réconfort : leur grandeur et leur durée tient beaucoup à leur discrétion...

Les rivages de la souffrance semblent si lointains à celui qui essaie d'y rejoindre une personne aimée qui s'y est perdue... Souvent on n'y trouve aucun moyen d'accès et les cartes sont mal détaillées... On peut envoyer par signaux de fumées, des petits nuages de compassion qui se dessinent dans le ciel, pour signaler notre position... mais le vent chagrin les disperse aux quatre coins... Toutefois, la seule vue de ce signal peut être réconfort suffisant pour les naufragés de l'âme échoués à sa tempête...

On sort de la souffrance quand on se sent assez grand et assez fort pour déverouiller la porte, et marcher à nouveau à la lumière de la vie présente... Le temps de la souffrance est temps de rétablissement, de guérison des blessures qui nous ont fait vaciller... C'est par le repos que l'on guérit le corps généralement, c'est par le retrait en dehors du monde que l'on soigne son âme... en s'écartant de toute influence, de toute nouvelle emprise du réel afin de mobiliser toute son énergie à combattre l'ennemie en nous qui s'est introduite par ce biais... et qui menace notre foi en la vie...

La souffrance pour disparaitre, a d'abord besoin d'être... et d'être acceptée et comprise, rien ne sert de la nier ou de lui flanquer une gifle pour l'éloigner momentanément... sinon elle reviendra, et continuera de vociférer ses menaces et d'ombrager nos envies de vivre bien...
La souffrance domptée ou apprivoisée ne met plus en danger puisqu'on en connait à la fois les fondements et les limites. Elle peut devenir lointaine compagne de vie... L'essentiel étant de savoir de quel côté de la porte on lui permet de se tenir...

Se signaler d'un petit "toc toc" comme une main caressante...
Ou utiliser le heurtoir comme un bélier prêt à enfoncer la porte...
Chacun exprime à sa façon sa difficulté d'être confronté à l'énigme d'une porte close...  ...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...