Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 02:12

" La vie est un boomerang : je reçois ce que je pense !"
Auteur Inconnu


En cette période de négativisme et de catastrophisme exacerbés, il est difficile de garder ses pensées claires et radieuses pour envisager demain serein...
Pourtant, il n'y a pas d'autre moyen si l'on veut croquer la vie du côté sourire...
C'est une évidence que l'orientation de pensée que l'on donne à son esprit a des répercussions sur nos vies.
Attendez-vous au pire... et le meilleur a peu de chance que vous le perceviez...

Nos pensées, c'est un peu l'envers de notre décor, celui qui ne transparait pas eu premier abord, mais qui néanmoins, nous définit en profondeur.
Si notre apparence et nos expressions faciales et corporelles donnent des informations aisément identifiables sur la personne que l'on est, elles sont en relation très étroites avec ce qui nous remplit à l'intérieur...
C'est bien connu : Souriez à la vie, et la vie vous sourira...
Pour la vie, on ne peut pas être sûr, mais pour ce qui est d'un test basique sur le monde qui nous entoure, nous pouvons tous constater que l'on va plus facilement vers une personne qui présente un visage souriant que vers une personne qui présente un visage fermé...

De toute façon, envisager le pire n'est en aucun cas une façon de se préparer à sa réalité potentielle. Si le pire se présente, il sera toujours temps de déprimer, pourquoi se gâcher la vie en l'anticipant ?...
Envisager le meilleur ne nous préserve pas des coups durs de la vie, mais l'énergie de ces pensées agréables, nous donne le goût de profiter de tous les instants pour ce qu'ils sont...
La vie est courte, ne gâchons pas bêtement les temps de liberté pour penser que nous pouvons trouver ça et là, à se repeindre les scénarios en noir corbeau...
Nous cherchons au-dessus de nous, les yeux dans les nuages, des manifestations d'un Dieu bienveillant et omniscient qui pourrait guider nos pas... sans savoir que ce Dieu est en nous, que ce Dieu c'est nous...
Nous avons tous pouvoirs pour écrire nos scénarios personnels, et ce pouvoir passe par les pensées qui les imaginent...

Notre cerveau qui contrôlez tout...
Que vos pensées soient triées et agréables,
Que votre capacité à visualiser les probables,
Se fasse dans le sens de l'envie et non pas du dégoût...
Que nous utilisions au mieux ces capacités bénies
Et qu'elles continuent à nous illustrer la vie...
Par ici les belles pensées !... Amène !...


Elle est pas belle la vie ?......


Partager cet article

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 02:12

C'est dingue...
Il faudrait toujours exactement savoir ce que l'on attend de demain, comme si on pouvait programmer sa vie selon un déroulé des évènements qui n'appartiendrait qu'à nous...
On ne peut pas programmer sa vie, en tapant sur Mappy.life, d'où l'on part et où l'on veut arriver, et que tous les carrefours et les chemins s'y trouvent ainsi pointés, prêts à être imprimés...
Et puis, quel serait l'intérêt ?... Quel en serait le plaisir ?...
Imaginez un peu...

Départ : 10 décembre 2008
Ici et maintenant
Arrivée : 17 juin 2020
pas d'autres renseignements connus à fournir
OK
................................................................
Calcul de votre itinéraire de vie en cours
Veuillez patienter...
Mappy.life va vous indiquer les différentes étapes à suivre
................................................................

Et pendant ce temps, on a les neurones qui s'affolent, qui s'agitent, comme cette spirale infernale qui mouline dans le ventre de l'unité centrale...
Qui mouline et qui mouline notre vie, en la passant au crible jusque dans ses moindres contretemps, en calculant la consommation, la vitesse, et pourquoi pas en tenant compte de la météo....
Remettre sa vie à un programme à peine débuggé, qui risque la "Fatal Error" à tous moments...
Remettre ses espoirs à un listing imprimé en qualité économie sur papier recyclé, orientation portrait ou paysage...

.................................................................
Mappy.life a rencontré un problème
Veuillez indiquer une destination plus précise ou choisir parmi les propositions citées
.................................................................

Il fallait s'en douter qu'il allait y avoir des problèmes...
C'est bien pour se rassurer qu'on voulait voir de nos propres yeux le chemin qu'on aurait à suivre...
On l'avait déjà imaginé, espéré, rêvé, on voulait juste une confirmation....
MappIrma à la rescousse... pour lire dans ses descriptions de cristal une vision plus claire...

................................................................
Maintenance du site...
Veuillez réessayer ultérieurement...
................................................................

Mappy.life vous remercie de votre visite et de l'intérêt que vous lui portez.
A bientôt sur www.mappy.life, le site de l'avenir calculé en direct


Partager cet article

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 02:12

J'ai déposé mon avenir aux portes des temps à venir...
Pas d'idées arrêtées, pas de projets délimités...
Juste des envies, des rêves, des souhaits et des désirs,
Pour dégripper les portes charnières coincées...
La confiance et la certitude de mes choix
Sont l'huile qui viendra à bout de tous les cadenas...
Rien ne sert de poser des verrous sur le futur,
Chaque nouveau mur tombé permet de nouvelles écritures...


L'avenir est une créature fantastique, inventée par notre mental,
Qui n'existe que dans le présent... c'est tout son côté paradoxal...
Dès qu'on y rentre, il cesse d'exister...
Tant qu'on l'attend, il n'a pas de réalité...
Le futur est donc une sorte d'espace temps virtuel,
Dans lequel on ne peut vivre qu'au projectionnel...
Est-ce vivre que de se décaler du réel dans un espace temps inventé ?
Est-ce ressentir la force de vie que d'ainsi l'hypothéquer ?


Je refuse de gâcher l'instant, sur des conjectures imparfaites,
Sur des plans idéaux ou des rodéos mentaux insatisfaisants,
Vivre dans son temps, en déléguant ses doutes et ses tourments,
A d'autres vents, à d'autres moments en économisant sa tête...
Savoir que rien, jamais, ne justifie de perdre confiance,
Que la fin ne justifie jamais les moyens,
Mais que tous les moyens sont en nos mains,
Pour regarder la vie comme une navigation de plaisance...

......


L.W.

Partager cet article

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 02:11

" Croyez ceux qui recherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent."
André Gide


Etre à la recherche de la vérité, c'est d'abord avoir admis qu'elle n'a jamais qu'un visage, qu'une identité...
La vérité est plus une adaptabilité à la réalité qu'une réalité adaptée à nos représentations...
Une recherche de vérité est avant tout une recherche d'équilibre, une recherche de compréhension, pas une victoire sur le mensonge ou sur une représentation instable qu'on voudrait voir s'installer dans le temps de manière définitive...

L'emploi du singulier "la" vérité trahit un goût pour la mise en avant de son ego avant l'humilité nécessaire pour s'ouvrir à la connaissance, de soi, des autres, du monde...
Il existe de nombreuses vérités, qui parfois même donnent l'impression de se contredire, parce qu'elles dépendent du point de vue selon lequel on se place, et de la rigueur que l'on met à considérer tous les aspects de la situation ou juste quelques atomes que l'on juge représentatifs...

Le chemin de la vérité se déroule droit devant nous sur l'horizon de notre vie, à nous de décider de nous y engager ou pas... sachant que l'horizon n'est qu'un point de repère, qui recule toujours au fur et à mesure que l'on avance...
Mais n'est-ce pas le fait de marcher dans une direction, qui compte le plus après tout ?

Ceux qui "trouvent" LA vérité s'illusionnent ou veulent illusionner les autres...
Le chemin n'a pas de fin. Par manque de jugeotte ou par volonté de se "hisser au-dessus" des autres, ils clament leur savoir et veulent l'infliger aux autres...
Mais la première vérité, c'est bien que toute vérité n'est jamais que vérité personnelle, tirée de ses propres observations et expérimentations, et que l'on ne peut pas la transmettre en l'état d'un individu à l'autre.
La vérité n'est pas une table de compréhension à apprendre par coeur pour mieux calculer le monde alentours...
La vérité est opération permanente d'écoute et de sensibilité, d'éveil à la vie...

Quand on perd la faculté de remise en question, on s'éloigne forcément de la vérité. Et... penser qu'on l'a trouvé, c'est se gonfler d'une certitude rassurante, mais erronée...
On ne trouve de vérité qu'en l'instant, la vérité comme le bonheur est un état, un ressenti, pas un acquis, pas un contrat...
N'oubliez pas ce vieil adage (Lao Tseu me semble-t-i)l, qui dit que le but n'est pas au bout du chemin, mais que le chemin EST le but...
C'est ce que l'on apprend en route qui nous enrichit... et si l'on cesse le voyage, ne vivant que de nos acquis, ceux-ci s'étiolent et se réduisent...

Et puis surtout, quand on pense avoir trouvé des pièces du puzzle de la vérité, ne fanfaronnons pas en les brandissant comme des trophées... Personne ne sait combien il y a de morceaux à récupérer pour pouvoir prétendre à la connaissance absolue...

Restons en tout modeste, et prêtons l'oreille et le coeur plus que les conseils et l'orgueil...

A ceux qui ont trouvé, bravo !... Si cette acquisition les satisfait tant mieux...
Mais moi je continuerai mon chemin... Chacun a ses propres vérités qui lui sont destinées......

Partager cet article

Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 00:12

" Il n'existe que deux façons de vivre sa vie : la première en pensant que les miracles n'existent pas, la seconde, en pensant que tout est miracle."
Albert Einstein


Les miracles, c'est quand la réalité nous donne ce que nous n'osions pas espérer, de peur de paraitre trop exigeants...
Les miracles sont en quelque sorte, la preuve que l'on ne doit pas compter uniquement sur la raison et la rationalité pour conduire sa vie... qu'entre le rêve et l'impossibilité, il existe cette voie médiane, comme un raccourci sur notre chemin de labeur vers le bonheur...
Les miracles sont les récompenses de la foi et de la confiance en la beauté de nos rêves...

Naturellement, il y a toujours ceux qui disent et pensent que l'on ne peut pas compter dessus pour poser les jalons de ses projets et de ses demains... Et à bien y réfléchir, ils n'ont pas tout à fait tort... Mais parfois, il est préférable de ne pas trop réfléchir... et de laisser aller nos facultés à projeter comme une réalité les désirs les plus fous qu'on aimerait voir se concrétiser...

Les miracles, ce n'est pas seulement des choses inexplicables...
Les miracles, c'est aussi ces choses que l'on pensait impossibles parce que seulement un peu difficilement réalisables... toutes ces choses qui ne sont possibles qu'avec toute une cohorte de "si..." et de concordances, qui réduisent d'autant la fiabilité et le certitude de leur réalisation...
A l'impossible nul n'est tenu, mais de temps à autre, un petit coup de pouce malicieux, surgi d'on ne sait où, fait avancer le cours des évènements d'une façon inattendue bien qu'espérée... Et il n'en faut guère plus pour crier au miracle...

Les miracles sont partout, pour qui garde les yeux ouverts à l'ordonnancement un brin facétieux de nos vies, quand on lâche prise sur la maitrise et l'angoisse...
Quand on se borne à attendre le meilleur, sans redouter le pire qui peut toujours se présenter, on reste dans une dynamique d'émerveillement et de sérénité, qui contribue à attirer des situations propices à nous combler...
Quand on occulte cette dimension "merveilleuse" de la vie, et qu'on broie les belles choses dans le noir de nos morosités castratrices, alors on se place hors d'atteinte du champ de la magie du hasard, et soumis à la loi de l'attraction, on déclenche les conclusions pessimistes auxquelles on s'attend...

Les miracles, comme la chance, le hasard ou les coïncidences, sont des réalités parallèles, dont les rouages ne nous sont pas accessibles... mais pourquoi chercher à tout comprendre, tout décortiquer, et ne pas simplement profiter des bienfaits qui nous sont offerts, comme des cadeaux de la vie, des encouragements à croire en nous ?...

Les miracles existent pour ceux qui y croient... pas pour ceux qui font semblant... ...

Partager cet article

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 23:51

Aujourd'hui, récré slam ayant pour but de décrire une situation toujours liée à l'eau, et l'émotion ressentie dans cette situation, en adoptant un point de vue, un ton, un tempo...


Bouteille de Jouvence, perdue au milieu des autres présences,
Moi aussi, je me suis mise sur mon trente et un, pour faire le foin,
Et tenir mon rang sur l'autel des cocktails...

Moi aussi, je veux fêter le passage de la nouvelle année,
Et son cortège de souhaits à offrir et d'espoirs à venir...
J'ai troqué mon étiquette quotidienne sans paillettes,
Contre une bannière étoilée, où s'écrivent en chiffres dorés,
Ces nouveaux jours annoncés...

Parmi mes semblables, sur la table, je trône si différente,
Aussi invisible que mon contenu, transparente...
A la vue comme à l'envie...

Délaissée, comme une intruse glissée parmi les invités,
Ne retenant aucune attention, trop banale pour l'occasion,
Incongrue comme une boite de rillettes au milieu des toasts de foie gras et de saumon...
Indignée, je suis indignée !...

Pourtant, sans me vanter, de toutes mes congénères,
Ici représentées, je suis la plus nécessaire...
Je suis le sang de la vie, moi l'eau qui désaltère,
Qui aide le corps à se réguler et qui désaltère, délétère...
Sans moi, la vie ne serait qu'utopie existentielle,
Mais le superflu est toujours plus nécessaire que l'essentiel...

Pétillante et pimpante, ma voisine de droite a plus de chance,
Ses petites bulles la sauvent de la générale ignorance...
Les arômes de ma voisine de gauche, acidulés et sucrés,
Rameutent aussi quelques convives pas trop ébréchés...
Et puis, là, tout le lot des hyper degrés en délire,
Qui jouent de concurrence pour se faire élire...

La tristesse m'envahit, et la colère aussi,
De me sentir si seule en ce buffet, en ce jour festif que j'attendais...
Enfin des mains se tendent vers moi...
Bégayantes, comme encore incertaines de leur choix...
Enfin quelqu'un qui pense à moi, enfin je vais avoir mon heure...
Je sens déjà la chaleur de ses mains m'atteindre... O bonheur !...

Et puis... Bousculade, rigolade, éclats de voix, dégringolade...
La main s'abat sur mon col si violemment, incontrôlable...
Elle glisse sur moi sans pouvoir m'agripper solidement
Et me propulse dans le vide soudainement...

Je suis... la petite flaque anonyme, balayé d'un revers de serpillère,
Au verre et aux espoirs brisés, gisant à terre,
Qui rêvait de partager un peu de la gaieté de l'ébriété...
Jouvence au destin arrêté loin des légendes de l'immortalité...

L.W.

 

Partager cet article

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 23:51

" On croit toujours que c'est plus facile de réussir dans ce qu'on n'a pas appris que dans ce qu'on a appris. C'est naturel."
Colette


Avant d'être confronté aux difficultés de la réalisation et de la concrétisation, on a toujours foi en ses théories...
La connaissance intellectuelle et la connaissance pratique, sont deux champs distincts, qui s'enrichissent mutuellement, mais qui ne sont guère auto suffisants par eux-mêmes...
Les grandes idées, les grandes théories... ne valent rien si elles restent au stade de l'émulation neuronale, elles ne gagnent en valeur qu'en dépassant le stade conceptuel...

Evidemment, en phase d'observation d'une situation, on s'en formule une opinion d'après l'idée que nous nous en faisons, sans avoir nécessairement toutes les clés pour juger des difficultés ou des compétences requises...
Il faut être soi-même en prise directe avec la situation pour en peut mesurer toute l'étendue. Certaines tâches ne nous semblent aisées, que parce que nous n'avons jamais été contraints de les effectuer.
A l'épreuve pratique, nous nous en formons une autre image : il peut s'agir de choses très diverses, allant de l'ordre dans lequel les différentes étapes doivent être conduites, à certaines techniques qu'il faut maitriser pour prétendre réussir à mener à terme la tâche confiée...

Néanmoins, on peut aussi raisonner à l'inverse : certaines tâches apparaissent comme très ardues, alors même qu'elles ne nécessitent au final que peu de compétences et de savoir-faire. Elles illusionnent parce qu'elles nous sont étrangères, et qu'on n'émet donc pas de jugement "à priori"...
L'humilité est un bon paramètre de jugement, quand on ne veut pas passer pour vaniteux et idiot... En effet, c'est par l'effet multiplié d'un égo qui pense avoir réponse à tout, et d'une mauvaise estimation des capacités en jeu, que nous nous permettons de juger sans savoir, et de prétendre sans preuves...

Chaque tâche ou domaine, requiert ses propres savoirs, facilement ou difficilement maitrisables, accessibles à tous ou seulement à quelques privilégiés possédant des qualités personnelles utiles et rares pour leur permettre de briller là ou la plupart échoueraient...

Croire est important pour réussir... mais ce n'est pas réussir... ...

Partager cet article

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 23:50

" Ce ne sont pas les rochers, mais les capitaines qui sont responsables des naufrages."
Gui Ericks


Les naufrages ne sont jamais, après tout, que des erreurs de manoeuvre ou d'appréciation.
On ne peut pas tenir les rochers pour responsables, mais il faut l'avouer, c'est tellement plus pratique comme ça... ça déculpabilise...
La culpabilité est un sentiment idiot qui ne sert à rien de toute façon...

Nous accusons les rochers de leur présence, mais nous savons aussi être le rocher des autres parfois...
Dans ce genre de situation, nous rendons alors la capitaine responsable... ça déculpabilise aussi...
La responsabilité, tant qu'on la refuse, on peut toujours trouver quelque chose ou quelqu'un sur qui la poser...
Pourtant ça ne nous donne pas pour autant raison ou excuse de nos actes et comportements...
Reconnaitre et accepter sa responsabilité n'est, ni ne doit être culpabilisant...
Tant qu'il y a culpabilité, il y a non acceptation
...


La responsabilité partage, parce qu'elle nous renvoie le miroir de nos choix, et les conséquences qui en découlent...
On peut toujours refaire le monde et les situations, en se projetant dans sa tête, mille hypothèses différentes...
Mais envisager à postériori d'autres choix à effectuer est un tourment inutile, qui empêche juste d'accepter la réalité telle qu'elle est...

La réalité n'est pas toujours aisée ou conforme à ce qui nous conviendrait, mais elle est...
Au lieu de la défier dans des duels mentaux, dont on ne connait jamais la durée à l'avance, acceptons avec humilité de la recevoir comme notre meilleure équipière dans l'équipage de vie qui est le nôtre...

Les rochers existent depuis bien plus longtemps que les navires, et peu de navires ont réussi à détrôner des rochers... Les récifs sont paysage naturel... et les bateaux, une invention des hommes...
La responsabilité n'est pas une invention, mais une composante naturelle de tous nos choix...

La culpabilité, elle, est une invention qui tend à nous faire chavirer de l'intérieur... par écrasement de notre confiance contre les rochers du jugement moral......

Partager cet article

Repost 0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 01:09

" Vous ne donnez que peu lorsque vous donnez vos biens. C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez réellement."
Khalil Gibran

Le mécénat est bien utile, mais n'a aucun sens en lui-même...

Donner de son temps, donner de soi est un acte bien plus généreux que de signer un chèque... même en blanc... L'argent ne peut pas tout... L'argent n'achète pas tout...
Le temps est un bien encore plus précieux que l'argent, car on ne peut ni l'acheter, ni le vendre, ni le produire. Le temps est le moyen par lequel nous sommes présents à la vie. Il est l'essence de notre existence, tout en n'étant qu'un concept admis...

On ne remercie pas de la même façon quelqu'un qui nous apporte un soutien, une écoute ou une présence, et quelqu'un qui nous dépanne financièrement.
Si l'argent est parfois la principale cause de tourment, son manque rend nécessaire aussi d'autres formes de soutien.
Dans une société dominée et contrôlée par l'argent, on finit par hiérarchiser de façon erronée les priorités, et les valeurs les plus importantes qu'il convient de considérer...

Etre là...
Savoir parler autant que se taire...
Ecouter aussi bien qu'entendre..
Comprendre sans juger...
S'oublier un peu soi-même pour être disponible à l'autre...
Signer son engagement sans rien attendre en retour...
Ces comportements là impliquent une forme d'empathie beaucoup plus importante que le don de ses biens...

C'est parfois pour avoir bonne conscience que l'on donne un peu d'argent, pour une cause ou pour parer à des besoins exprimés... Mais il arrive que ce soit la seule chose que l'on puisse faire... parce qu'on ne peut pas non plus vivre uniquement tourné vers les autres...
Il arrive aussi que l'on prête trop attention aux autres, et pas assez à soi et à sa propre vie...
L'altruisme est chose importante, mais une juste dose d'égoisme est légitime également...
Tout est dans l'équilibre... partout...

Mais en définitive... l'essentiel, c'est l'intention qui porte le geste...
Le temps donné peut ne pas l'être en sincérité, tout comme l'argent peut être le seul moyen accessible de donner de l'attention... ...

Partager cet article

Repost 0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 00:46

" La première qualité d'un créateur, c'est le courage. Le courage d'affronter le scepticisme, le conformisme et, finalement, la jalousie."
Claude Allègre



Par définition, un créateur donne naissance à quelque chose de nouveau, et par là même sort du conformisme puisqu'il s'y distingue alors de ses semblables...
Sortir de la norme fait toujours courir des risques, puisqu'on se révèle différent du lot commun.
La différence se paie, en général, à proportion de la perception qu'en ont les autres...

Le courage, oui, est une qualité essentielle pour qui veut affirmer sa créativité. Plus la créativité est innovante, plus elle se heurtera au scepticisme. C'est bien connu, on redoute ce qu'on ne connait pas...
C'est la peur, la crainte qui rend méfiant à l'égard de la nouveauté. La nouveauté oblige à reconsidérer ses croyances établies et ses opinions, c'est un effort que certains ont plus de mal que d'autres à fournir, et plutôt que de remettre en cause leurs visions, ils préfèrent s'insurger contre la nouveauté... Système d'économie de fonctionnement, dont le coût néanmoins n'est pas nécessairement moindre...

Il faut faire preuve de courage dans la mesure où le créateur se trouve du côté d'une minorité, et il est notoire que l'avis général sans opinion personnel se range le plus souvent aux côtés des plus nombreux, cela limite les risques d'un engagement dont la validité serait à défendre...
Exprimer sa propre conviction malgré les oppositions et les réticences, est une épreuve de force mentale à passer, parce qu'il faut garder la confiance acquise en son jugement malgré l'adversité et les sarcasmes qui vont parfois jusqu'au mépris...

Le conformisme, bien que non mentionné comme idéologie religieuse, pourrait très bien faire office de règne divin... Même si la norme ne peut être mise en définition précise, nous avons tous une idée, même floue, de ce qu'elle accepte et de ce qu'elle rejette comme éléments fondateurs. Partant de son constat, s'en écarter c'est quelque part être mis en avant, positivement ou négativement, à la fois fer de lance d'un courant novateur, et cible facile des tireurs à la vue rétrécie...

 

Mais pire encore que la peur, que le scepticisme et le conformisme, la jalousie est sans pitié à l'égard de celui qui montre un génie particulier dans une voie différente. A moins que son talent pusise être récupéré d'une façon ou d'une autre, que sa "création" puisse avoir une utilité potentielle à développer, il est mal vu d'être visionnaire...
Le pouvoir de vision est indissociable du pouvoir tout court, parce que cette "vision" est ressentie comme ennemie de la manipulation que le pouvoir prend comme base pour asseoir sa légitimité...
La jalousie pousse à permettre tous les coups...

Fort heureusement, les créateurs fonctionnent avec un système de valeurs différent de celui auquel ils sont soumis au niveau du jugement de leurs créations. Ainsi, le créateur a-t-il foi beaucoup plus en lui-même, qu'en l'accueil qui sera fait à ses "oeuvres", et trouve l'énergie nécessaire pour passer outre ces "désagréments" et l'accueil défavorable au premier abord.
Les "génies" sont souvent incompris en leurs époques, et peu importe le domaine dans lequel ils sévissent... C'est le temps qui permet de connaître, de comprendre et d'accepter les changements, et aucun visionnaire aussi génial fut-il, n'a jamais pu prédire à quel moment on se rendrait compte de l'importance de sa contribution...

Créez, n'ayez pas peur... La confiance est une arme plus efficace que l'ignorance... ...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...