Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 00:28

" Le désir de changer le monde est toujours pris de vitesse par l'urgente nécessité de changer le joint de la machine à laver qui fuit."
Denis Langlois


Quand il faut parer à plusieurs urgences, on donne généralement la priorité à celle qui se manifeste le plus concrètement. Ainsi donc, de grandes ambitions se retrouvent différées devant des impératifs à la portée idéologique certes moindre, mais à la nécessité indéniable...
Toutefois, quand ces urgentes nécessités concrètes se répètent un peu trop souvent, on peut s'interroger sur ces hasards fâcheux qui retardent nos grandes ambitions, ou faire le constat d'une procrastination réelle même si l'on s'en défend...
La procrastination est un peu comme un écran d'excuses qu'on se trouve, pour ne pas affronter les embûches inévitables que l'on a à surmonter sur le chemin qui nous mène à nos buts et à nos rêves...

Quand, après examen honnête de la situation, on peut écarter la thèse de la procrastination, on peut toujours essayer de penser, que les choses arrivent toujours au moment opportun, et que les retards, les contretemps et les pertes de temps que nous subissons, sont parties de notre chemin... et que ces moments ont tous leur raison d'être...
Si nous n'avions pas changé le joint de la machine à laver qui s'est mis à fuir juste à ce moment précis, alors nous n'aurions pas eu accès à d'autres informations ou évènements... Et le cours de notre vie aurait été différent...
Dans tout problème, il y a en germe les graines d'une solution... et dans toute solution trouvée, poussent de nouvelles perspectives...

Entre nos désirs, leur viabilité et les possibilités de les concrétiser se jouent plusieurs étapes. Si l'ordre de ces étapes ne nous est pas toujours très accessible, il existe néanmoins, on ne peut pas passer du désir au résultat, sans passer par une phase de réflexion et d'action...
Ce qui semble nous éloigner de nos désirs nous y ramène parfois beaucoup plus vite qu'on ne saurait le croire...
Avoir l'esprit occupé à d'autres tâches, qui ne paraissent pas avoir de lien direct avec nos désirs ou des actions visant à les réaliser, nous occupe l'esprit d'une façon différente, et procure parfois une juste récréation, qui permet de reprendre sa respiration et de considérer les choses sous un autre angle, quand on s'y replonge...

Le conceptuel est souvent pris de vitesse par le matériel...
Normal, la réalité des choses supplante l'idéologique parce que nous vivons dans un monde matériel... La matérialisation des choses leur donne une visibilité effective et tangible, qu'aucun désir ne peut concurrencer...
Cela ne signifie pas que le matériel bénéficie d'une supériorité quelconque sur le conceptuel... juste que son urgence est, elle aussi, beaucoup plus identifiable...
Quand la cuisine ou la salle de bain, se retrouve menacée d'inondation, forcément que cela a plus de prise sur l'immédiateté de notre vie, qu'un sentiment impérieux d'avoir un rôle à jouer dans l'existence...

Ceci dit, il est d'ordinaire plus aisé de trouver des solutions aux urgences "pratiques" plutôt qu'aux urgences conceptuelles......

Partager cet article

Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 23:58

Cliquez pour dérouler les articles…


 

550 -- Hiérarchie des priorités

" Le désir de changer le monde est toujours pris de vitesse par l'urgente nécessité de changer le joint de la machine à laver qui fuit."
Denis Langlois


551 -- Cible et Fer de lance à la fois

" La première qualité d'un créateur, c'est le courage. Le courage d'affronter le scepticisme, le conformisme et, finalement, la jalousie."
Claude Allègre


552 -- Savoir donner

" Vous ne donnez que peu lorsque vous donnez vos biens. C'est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez réellement."
Khalil Gibran


553 -- La responsabilité qui partage

" Ce ne sont pas les rochers, mais les capitaines qui sont responsables des naufrages."
Guy Ericx


554 -- A priori... rassurant !...

" On croit toujours que c'est plus facile de réussir dans ce qu'on n'a pas appris que dans ce qu'on a appris. C'est naturel."
Colette


555 --
Le miracle de vivre...

" Il n'existe que deux façons de vivre sa vie : la première en pensant que les miracles n'existent pas, la seconde, en pensant que tout est miracle."
Albert Einstein

   
556 -- O slam sur l'eau... la suite ...

Envers mais pas contre tout...


557 -- Le mensonge de la vérité

" Croyez ceux qui recherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent."
André Gide


558 -- Les remparts du temps

Envers mais pas contre tout...


559 --
Mappy.life... connexion en cours

   
560 --
Attention la tête...!!!...#&@...!!!...

" La vie est un boomerang : je reçois ce que je pense !"
Auteur Inconnu

   
561 -- Retard d'évidence...

" Ce n'est pas la vie qui est courte, mais la conscience de son importance qui est tardive."
Angélique Planchette


562 -- Pseudo maso...

" Seuls vos vrais amis savent où vous frapper pour que ça fasse mal."
Bernard Werber


563 -- A dire vrai...

" Celui qui dit la vérité est toujours insupportable."
Roger Fournier


564 -- Tremble carcasse !...

" Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur, et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas."
Georges S. Patton


565 -- Côté pile / Côté face...

" Une carrière réussie est une chose merveilleuse, mais on ne peut pas se pelotonner contre elle la nuit quand on a froid l'hiver."
Marylin Monroe


566 -- Savoir reconnaitre le côté de la raison ...

" Tu as raison, mon fils..."
Julos Beaucarne


567 -- Réajuster ses lunettes...

" La vie, il est vrai, est un combat qui a ses défaites. Mais que diable ! On ne perd pas toutes les batailles !"
Damase Potvin


568 -- Les sacrements obligeants ...

" La liberté d'aimer n'est pas moins sacrée que la liberté de penser. Ce qu'on appelle aujourd'hui l'adultère, est identique à ce que l'on appelait autrefois, l'hérésie."
Victor Hugo


569 -- Petit à petit l'oiseau fait son nid...

" Il faut collectionner les pierres qu'on vous jette. C'est le début d'un piédestal."
Hector Berlioz


570 -- Quand la réalité dépasse la fiction...

" Je suis tellement fatigué qu'il m'arrive de m'endormir au milieu d'un rêve."
Vassilis Alexakis


571 -- Ne pas se décourager ...

" Il faut embrasser beaucoup de grenouilles avant de trouver un prince."
sagesse populaire


572 -- Celles que j'ai lues ...

" Que d'autres se targuent des phrases qu'ils ont écrites, moi je suis fier de celles que j'ai lues."
Jorge Luis Borges


573 -- Imposture salutaire...

" Ce monde, vous savez ce monde de grandes personnes, je n'en suis pas !"
Katherine Mansfield


574 -- Les temps du futur...

" Dans le temps, même le futur était mieux."
Karl Valentin


575 -- Les limites des sens...

" On peut voir celui qui regarde, mais on ne peut pas entendre celui qui écoute."
Marcel Duchamp


576 --
Rétrécissement assassin...

" Malheur à ceux qui se contentent de peu."
Henri Michaux

   
577 -- L'esprit romanesque...

" Dans ma pauvre vie si plate et si tranquille, les phrases sont des aventures."
Gustave Flaubert


578 -- Déchaussons...

" Celui qui n'a pas Noël dans le cœur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre."
Roy Lemon smith


579 -- Les mesures inégales...

" La vie n'est ni longue ni courte ; elle a des longueurs."
Jules Renard


580 -- Posséder son être...

" Etre, c'est être libre d'avoir, libre du désir d'avoir, de quelque avoir qu'il s'agisse, matériel, mental, émotionnel, intellectuel, et même spirituel."
Arnaud Desjardins


581 -- Entretenir son jardin...

" L'herbe est toujours plus verte chez les autres... jusqu'à ce qu'on découvre que c'est du gazon artificiel."
Jacques Salomé


582 -- Baisser la garde...

" Soyez toujours prêts à être surpris."
Swami Prajnanpad


583 --
Une question ?...

" Poser une question qui ne se pose pas est la plus sûre façon de prouver qu'elle se pose."
François Mitterand
 

 

A demi-sens

" Les mots, il ne leur manque que la parole."
Pierre Dumayet

 

Relatif, mon cher Watson

" Tout est relatif, voilà la seule chose absolue."
Auguste Comte

 

L'insolente politesse

" J'ai passé une excellente soirée... mais ça n'était pas celle-ci."
Groucho Marx




SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 00:44

" Soyez sage ! Demandez à votre cœur de ressentir et non pas à votre mental de comprendre."
Sri Chinmoy


On confond parfois "sagesse" et "résignation"... et cela prête à toutes sortes de contusions...
Cette confusion nous fait des bleus à l'âme et au coeur...
Un moyen de se prémunir de ces fâcheux hématomes, est de soupeser la vie sur la balance de ses envies, et de prendre pour juge ce qui nous fait ressentir le plus de bien-être...
Pas toujours facile de trancher à coups d'envie et de besoins, les réalités quotidiennes, pourtant les tranches sont bien mieux découpées de cette façon...
Il n'y a pas de conseil miraculeux pour réussir sa vie, mais une chose me parait certaine : tant qu'on essaie d'utiliser des outils qui ne nous conviennent pas, et qu'on a du mal à manier, on obtient toujours des résultats mitigés...


Se servir de sa propre capacité à ressentir, plutôt qu'essayer de manier du "conceptuel" et du "raisonné raisonnable", tendrait à accroitre notre sentiment de sérénité, en calmant la sensation de frustration, qui nait nécessairement des décisions que l'on prend sous la contrainte de l'évidente "raison"...

Si notre faculté de raisonnement nous était suffisante pour vivre, pourquoi serions-nous dotés de cette capacité à ressentir ?...
Les mystères de la vie et du monde sont encore nombreux...
Le ressenti que l'on a des choses est notre premier baromètre de jugement, en tous cas celui auquel on devrait porter le plus d'attention, pour justifier nos décisions...
Les décisions qui nous mettent mal à l'aise sont toujours celles que l'on prend selon des impératifs que l'on juge être au-dessus de tout le reste, et qui ne nous donne pas de réelle autre alternative... du moins le pense-t-on...
Mais parfois, il faut savoir débrancher les automatismes de la pensée, et vivre sans tête, juste présent à l'instant, et faire confiance aux capacités que nous avons d'apprécier la vie, sans passer par le circuit neuronal surestimé que nous possédons...

Et puis... une fois l'idée intégrée, et la confiance acquise... la foi en la vie vient d'elle-même...
Ressentir avec son cœur, même quand on ne peut pas donner d'explication et de raisons, nous rend libres d'être... d'être dans son entièreté, sans plus avoir à se justifier, sans plus avoir à douter de la vérité de ce que l'on croit, dégage ou rêve...
La vie n'est pas un espace d'enfermement entre deux synapses, mais bien un champ largement ouvert à une dimension bien plus vaste...

Si nous voulons vraiment être raisonnable, il faut laisser tomber l'idée que nous pouvons tout maîtriser, tout calculer et tout contrôler...
La raison voudrait bien aussi qu'on ne lui mette pas tout sur le dos, surtout le sale boulot d'ailleurs...
La raison n'est pas une vieille mégère renfrognée, juste là pour réfréner nos rêves et nos envies, à coup de rouleau à écraser la vie...
Notre cerveau est plus puissant que cette vision réduite...

Pourquoi toujours opposer le cœur et la Raison ?...
Pascal repose en paix, prenons la liberté de vivre aussi en paix avant de le rejoindre, quitte à le contredire...
Les mots ne sont que l'exposition de pensées fugaces qui jaillissent en nous à un moment précis, ils ne doivent jamais faire figure de réflexion arrêtée pour toujours...
Les mots sont bon soutien pour qui veut relancer sa machine à penser, mais ils ne doivent pas se substituer au code de bonne conduite de sa propre vie, qui lui, s'invente à mesure et n'est jamais valable en totalité, pour tous les conducteurs...

Comme pour l'entretien d'une maison, de temps en temps il faut aérer...
Ouvrez grand les portes du coeur au minimum une fois par jour...
Vous verrez comment l'air pur qui entre par là ravigote le mental aussi ... ...

Partager cet article

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 23:45

" L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."
Eleanor Roosevelt


Oui... Il y a toujours les "moroses" qui veulent à toux prix mettre des coups de pied dans nos rêves...
Oui... Il y a toujours les sapeurs de joie de vivre, qui veulent nous faire culpabiliser sur la misère du monde, bien qu'eux-mêmes ne fassent pas grand chose pour y remédier...
Oui... Il y a toujours ceux qui ont des raisons que la raison dicte, pour formuler des objections sur tous nos plans d'avenir pas assez carrés..
Oui... Il y a toujours ceux qui savent mieux, parce qu'eux aussi un jour, ont cru à leurs rêves, et que au vu de leur expérience personnelle, on ferait mieux de raccrocher leur réalité...
Oui... Il y a ceux qui "savent", et qui par conséquent nous range dans la catégorie des ignorants et des utopistes indécrottables...
Oui... Il y a ceux qui nous demandent d'ôter nos oeillères pour regarder les choses comme elles sont et comprendre l'impossibilité de nos désirs, sans s'apercevoir qu'ils rétrécissent l'univers à leur seul champ de vision pas toujours très bien éclairé...
Toutes ces personnes existent...
Et alors ?...

Je refuse que ma façon de voir la vie soit assujettie aux normes en vigueur, et revendique la liberté de me guider selon mes propres convictions...
Je refuse de vivre dans la morosité ambiante, l'incertitude n'a pas forcément le goût de l'angoisse et du pessimisme...
Je refuse de me garer par sécurité sur le bas de côté pour laisser passer les idées toutes faites qui font recette...
Je refuse de croire à la fatalité d'une vie toute écrite, que d'autres sauraient mieux lire que moi, et continue de penser que les évènements de la vie ont un sens positif, même quand on ne sait pas les interpréter...
Je refuse de me rendre aux "évidences" que je ne reconnais pas comme telles, et me garde le droit de juger de ce qui est bien ou pas pour moi, opportun ou non, réalisable ou pas...
Je refuse d'être au service d'une réalité dont on m'imposerait la vision, pour me ranger aux côtés de la vision qui me parait la plus enthousiasmante de mon point de vue...
Je refuse...

Je crois qu'il n'y a aucun mode d'emploi à la vie, et encore moins à l'utilisation de nos capacités, et qu'ainsi chacun est seul maître de ses choix, à partir du moment où il les assume...
Je crois que ce qui fait la vie, c'est l'envie qu'on a de réaliser des choses, et non la passivité qu'on montre à subir le cours des évènements...
Je crois que les rêves sont encore bien plus importants que tous les raisonnements réalistes qu'on s'évertue à faire quand on cherche à supporter des situations qui ne nous conviennent pas...
Je crois qu'on est tous en cours particuliers ici-bas, et qu'aucune conclusion à portée générale ne peut jamais être tirée...
Je crois que tant qu'on a des rêves pour se tourner vers l'avenir, on est vivants, et on a la force d'affronter tout ce qui nous en sépare...
Et que oui... l'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves...

Et dans ma tête ne résonnera jamais qu'une voix, qui porte par-dessus toutes les autres :
"Deviens ce que tu es, fais ce que toi seule peux faire."......

 

Partager cet article

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 23:44

" La vérité apprise d'autrui est sans valeur. Seule compte, seule est efficace la vérité que nous découvrons nous-mêmes !"
Alexandra David-Neel


La vérité apprise d'autrui est sans valeur, parce que pour être tenue pour vraie, il faut qu'elle colle exactement au contexte et aux personnes... Malgré la proximité que nous pouvons avoir avec certaines personnes, nous gardons quand même toujours une partie réservée, connue de nous seuls...
Que chacun puisse trouver des éléments permettant de fonder ses vérités est indéniable, mais vouloir transposer ces vérités à un savoir partageable est illusoire. Nous avons besoin d'expérimenter pour comprendre, pour connaître et pour croire...
Il n'est pas sain d'accepter les yeux fermés les vérités que d'autres nous énoncent de toute manière. Naturellement en faisant tout de même la part des choses... certaines transmissions sans expérimentations personnelles peuvent être un bon raccourci et nous éviter des embûches...
Mais la part des choses est difficile à faire...

Nous apprenons beaucoup mieux ce qui nous implique, que ce que nous intégrons de manière seulement intellectuelle. C'est normal, quand on ajoute l'action à la parole, l'ancrage est plus fort...
Certains se galvanisent de savoirs et d'expériences, qui semblent leur donner un droit de conseil et de jugement qu'il nous faudrait nécessairement prendre en compte. Encore faut-il voir si le miroir de leur vie renvoie bien un reflet concordant avec les grandes idées qu'ils prêchent...
Il est beaucoup plus facile de donner des conseils et des leçons, que de se les appliquer à soi-même. Et que penser de ceux qui savent si bien, mais qui ont une vie à mille lieux de ce qu'ils préconisent ?...

La compréhension intellectuelle des choses est parfois très différente de la réelle emprise que peuvent avoir les choses, les évènements et les personnes sur nous...
Nous avons toujours des opinions sur les réactions que l'on aurait, ou que l'on pourrait avoir, au regard de certaines situations qui se présenteraient à nous... Or, lorsque celles-ci se concrétisent, nous n'y sommes pas toujours fidèles...
Nous ne pouvons juger qu'en connaissance...


Chacun apprend de toute façon...
A son rythme et à ses erreurs...
Jusqu'à ce que la leçon porte ses fruits...
Et parfois sa vérité... ...

Partager cet article

Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 00:56

" Si vous limitez vos choix seulement à ce qui semble possible ou raisonnable, vous vous déconnectez de ce que vous voulez vraiment, et tout ce qu'il reste est un compromis."
Robert Fritz


Nous avons besoin indéniablement de faire parfois appel à la raison pour prendre nos décisions...
Néanmoins, cela ne veut pas dire qu'on ne doive pas, aussi, de temps en temps, laisser un brin de folie nous dégripper la machine à penser et à agir...
La raison est une compagne souvent pessimiste... Comme Saint Thomas, elle ne se fie et ne croit qu'en ce qu'elle voit... mais elle ne possède pas le don d'ubiquité, qui lui permettrait d'envisager des choses qui, bien que la raison ne les ait jamais éprouvées, peuvent tout de même être possibles, ou au minimum... désirables sans certitude quant à la possibilité d'être réalisées...
"Qui ne tente rien n'a rien..."
Il est bon de s'en souvenir quand on s'engage sur des routes moins fréquentées par les esprits raisonnables...

Qu'est-ce qui nous rend vivants, si ce n'est notre désir de poursuivre notre route ?...
Qu'est-ce qui nous donne le goût et le plaisir de continuer... si ce n'est l'envie de faire encore quelque chose ?...
A quoi cela peut-il bien nous servir de nous réduire l'horizon, si ce n'est à vivre en demi-teinte ?...
Pourquoi craindre les coups d'éclat et les plongeons en apnée ?... Ils sont la vie, ils sont en toute vie...
Nous ne sommes pas en visite guidée d'un circuit touristique identique pour tous, mais bien inscrits pour un voyage sur mesure, dont nous pouvons décider de nombreuses escales, et des lieux de découverte que nous souhaitons explorer...

La raison est une sage compagne... mais elle n'est pas très rigolote il faut l'avouer...
Et on passe de bien meilleurs moments, le rire et le sourire aux lèvres...
Il y aura toujours quelqu'un pour trouver nos rêves impossibles à actualiser, ou notre façon de regarder la vie trop désinvolte quand on ne se borne pas à un cadre éprouvé et considéré comme conforme à ce que l'on peut attendre de la vie...
Et alors ?...
La raison ne nous apprend-elle pas aussi à se méfier des conceptions d'autrui, tant qu'on ne les a pas soi-même évaluées ?...
La raison, bien que sécurisante, n'est-elle pas une façon de justifier nos hésitations et nos peurs à tester l'innovation et la différence ?...
La raison, est-elle épanouissement ou frein ?...

On ne peut établir aucune règle...
Il y a des moments où il est bon de suivre l'avis de la raison... et d'autres où il vaut mieux faire comme si elle n'existait pas...
La raison est calquée sur l'examen objectif de la réalité... mais tout désir est toujours subjectif, dépendant de la personne qui le formule....
Ne nous limitons donc pas en nous calquant sur des modèles qui ne nous correspondent pas... Les grands couturiers n'utilisent pas les patrons publiés dans les magazines, pourquoi devrions-nous remettre l'histoire de notre vie à des visions normatives et prédécalquées ?...

Restons connectés à nos désirs, à nos rêves et à nos besoins... La réalité suivra... ...

Partager cet article

Repost 0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 00:57

" Qu'il s'agisse d'un jeune en souffrance ou d'un sportif de l'extrême, la mise à l'épreuve de soi est une recherche de légitimité, une quête de présence au monde."
David Le Breton


Quand on cherche à prouver, quoi que l'on puisse en dire, ou en penser, c'est un besoin d'être approuvé...
C'est d'abord avec soi que l'on règle les comptes... C'est à soi que l'on veut prouver quelque chose avant même de vouloir prouver quoi que ce soit aux autres.
La recherche d'une légitimité de notre existence est un point clé de notre quête de sens.
Sans preuve de notre légitimité, on ne peut qu'être désorienté sur les buts de notre vie : cette reconnaissance de soi, par soi, est essentielle...

Nous nous fixons des objectifs parfois, dont nous savons en toute connaissance, qu'ils vont sérieusement nous mettre à l'épreuve. Par ces défis que l'on se lance, on hausse la barre de nos potentialités ou de nos possibilités afin d'obtenir, de conserver ou de réévaluer une donnée importante : l'estime de soi.

Dans les comportements dits "à risque" des jeunes en souffrance, cette part de défi est évidente. Elle permet d'établir des limites, de trouver ses marques, tout en se faisant reconnaître dans le regard d'autrui.
Dans les sports de l'extrême, cette mise à l'épreuve jusqu'aux limites physiques et mentales, est une façon de mesurer sa puissance, de se toiser sur une échelle dont on fabrique soi-même les barreaux.
La mise à l'épreuve est recherche de limites...

Quand on parle de recherche du sens de la vie, la vie n'a rien à y voir...
C'est une recherche du sens qu'a notre existence à l'intérieur d'un monde, dans lequel on n'a pas toujours le sentiment d'avoir une utilité...
Nous avons tous une place, mais nous ne savons pas laquelle...
Et cette inconnue, nous pose question... beaucoup de questions...
Il n'est rien de pire que le sentiment d'inutilité... Nous sommes tous en recherche de notre utilité...

Les mises à l'épreuve que l'on s'impose ont pour vocation de faire ressortir notre unicité et nos particularités, notre ténacité ou notre courage... Elles n'ont de sens que pour nous-mêmes...
Nous sommes notre premier adversaire... et notre seul moteur... dans une course tous terrains sans boussole ni carte...

La preuve par soi... n'est jamais qu'une preuve pour soi... ...

Partager cet article

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 23:17

" Le soleil est nouveau tous les jours."
Héraclite


Nous sommes pour la plupart des créatures diurnes, dépendantes de la lumière du soleil...
Le manque de lumière en période hivernale joue sur nos humeurs, et les chauds rayons caressants du soleil de l'été nous inspirent bien-être et bonne humeur...
Le cycle des saisons, bien que sérieusement mis à l'épreuve depuis quelques temps, nous sert de repère, tout comme la succession des jours et des nuits, pour ancrer nos vies dans un temps linéaire comptabilisé à partir de ces cycles...
Même pour les oiseaux de nuits, qui attendent le lever du soleil pour donner repos à leur organisme, le prennent comme point de repère, spatial et temporel...

La Terre effectue sa ronde autour du soleil, comme pour mieux le toiser sous toutes les coutures... parce que malgré le peu d'attention qu'on y porte, le soleil est différent tous les jours.
La lune marque mieux ses changements d'état, remarquables quotidiennement. Ces quartiers qui croissent et décroissent nous font prendre conscience du temps qui passe, bien plus que le soleil, dont nous ne pouvons guère observer les changements d'état à l'oeil nu sans prendre de risque...
L'homme comme le soleil, la lune ou la terre, est chaque jour différent... Chacun de ses levers le trouvent changé, et pourtant... nous n'y prêtons guère attention...

Prendre en compte le fait que chaque jour est nouveau, permet de dépasser les querelles d'aujourd'hui et les regrets d'hier, pour admettre enfin, que tout est toujours possible...
L'espoir devient alors inutile pour qui sait, que chaque jour est un nouveau challenge, et qu'en s'endormant au soir d'hier, on marche déjà vers la nouveauté de demain...
Notre conception linéaire du temps nous pousse à croire qu'il existe un ordre des choses, et une progression nécessairement légitime. Or, se baser sur l'idée d'un renouveau perpétuel et d'un constant recommencement est beaucoup moins réducteur... et dégage l'horizon à des conceptions novatrices...

Prenons donc ce changement quotidien en compte, et pardonnons aux imperfections d'hier, en donnant toute l'importance à l'aujourd'hui...
Tout passe... Tout se transforme...
Nous, les passants de la vie, nous avons parfois l'impression de faire du "sur place", de ne pas avancer au rythme qui nous conviendrait, et de revivre le même jour sous la même lumière...
Cet effet de "pause" qui nous, ligote corps et âme est une illusion dont il faut nous extraire...

Le soleil est nouveau tous les jours... Faisons-lui honneur en y prêtant plus attention... ...

Partager cet article

Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 23:27

 

" Se souvenir, c'est aussi inventer. La mémoire est l'art magique de la composition."
Hélène Grimaud


La mémoire n'est pas conservation rigoureuse des archives du temps que nous traversons, elle sélectionne et refaçonne, elle coupe et jette les rush jugés mauvais ou inutiles, elle se distingue de la réalité et crée son propre espace d'existence...

La mémoire est une autre dimension de notre réalité, qui n'existe que dans les souvenirs qui persistent, selon l'envie qu'on a de les revoir défiler ou de les enterrer...
La mémoire est une conserverie, dans laquelle les dates de péremption des souvenirs évoluent constamment avec les mises à jour du stock et les nouvelles livraisons qui l'alimentent...

La mémoire compose avec nos changements d'état, nos évolutions intérieures et le regard que l'on pose... Elle est fugace et tenace à la fois selon les humeurs de nos évènements. Elle opère un tri qui semble parfois irrationnel, dans la cohue des images que le cerveau reçoit et imprime...
La mémoire est comme un terrain vague, dans lequel s'amoncèlent tellement de bric-à-brac, que les images s'entassent les unes sur les autres, laissant certaines disparaitre sous le flot continu des camions-instants qui s'y déversent...

Alors parfois...
Quand on vient y fouiller des trésors, sans but précis, on n'en retrouve que des bribes, qui nous suffisent pourtant pour en extrapoler des scènes plus longues...
On comble les vides et les absences, on remplit les pointillés de nos hésitations, par des suppositions et des déductions...
On recolle des morceaux de temps, on les accole les uns au bout des autres, sans être totalement sûr du scénario qui s'est joué, mais ce qui est importe, n'est pas tant de coller à la vérité, que de retrouver un vieil album de vie, que l'on peut feuilleter sans rougir... et sentir des racines nous tenir bien campés sur nos pieds...

La mémoire, c'est notre liberté de réécrire notre vie...
A quoi peut-elle bien servir, si ce n'est à nous donner les moyens de garder les traces de notre parcours dont nous avons envie ?...
Il n'existe aucun contrôleur de passé, qui pourrait venir exiger que l'on mette nos souvenirs en conformité avec les normes de la réalité passée...
Nous avons tous pouvoirs et tous droits de l'héberger en nous selon les termes de contrat qu'il nous plaira d'établir...

Le passé se nourrit autant des souvenirs que du présent...
Alors...


N'hésitons

pas à élaguer l'inutile et le déplaisant, pour faire de notre mémoire, un lieu plaisant et captivant...consciemment... ... 


Partager cet article

Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 23:22

 

" Il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l'on t'aura confisqué."
Mohammed M. Khadra


Il te restera toujours tes rêves, pour réinventer le monde que l'on t'aura confisqué...
Il te restera toujours tes souvenirs, pour faire revivre les années que tu auras aimé...
Il te restera toujours ton coeur, pour ressentir la vie que tu as à traverser...
Et ce que tu feras de tout ça... ne regarde que toi...

Il restera toujours au fond de toi, un espace de liberté,
Pour y faire mûrir tes pensées...
Il restera toujours un mur blanc à l'avenir prêt à être décoré,
Des projets et des envies les plus irraisonnées...
Il restera toujours une page où griffonner,
Les échos de tes mots prisonniers...
Et il ne tient qu'à toi... de te servir de tout ça...

Il te restera toujours tes rêves, pour continuer à inventer le monde à venir...
Il te restera toujours tes désirs, pour imaginer des possibles à n'en plus finir...
Il te restera toujours un coeur, pour porter tes sourires...
Et ce que tu feras de tout ça... ne me regarde pas...

Il restera toujours quelque part des terres à explorer,
Pour y porter ta foi en un demain plus sensé...
Il restera toujours des toiles inachevées,
Pour défier l'archivage du temps à la réalité...
Il restera toujours une graine en train de germer,
Pour faire naître un jour un arbre à protéger...
Et il ne tient qu'à toi... d'imaginer tout ça...

Il te restera toujours tes rêves, que personne ne pourra te confisquer...
Il te restera toujours tes pensées, que personne ne pourra te voler...
Il te restera toujours un coeur, que personne ne pourra acheter...
Si tu tiens à tout ça... et que tu sais regarder en toi...

L. W. ...  ... 


Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...