Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 00:16

" Qui dit que vous ne pouvez pas avoir la vie de vos rêves ?"

David Baird



Ce n'est pas parce que nos rêves semblent hors de portée de notre réalité présente, qu'on ne doit pas les faire...
Si nos rêves ressemblaient à notre réalité, alors... ce ne serait plus des rêves...
Et même en étant parfaitement heureux, on continue à avoir des rêves...
Si l'on perd cette faculté de rêver, on perd aussi le goût de s'émerveiller...
Parce que la vocation du rêve est de nous éveiller à de nouveaux buts, de nouvelles réflexions, de nouvelles envies... ce n'est qu'un point de départ...

Je ne sais pas si l'on peut partager ses rêves... Une chose est sûre, on ne peut pas les partager avec tout le monde.
On a tous des rêves à l'échelle de notre représentation du monde... à l'échelle de notre monde intérieur... Et nous vivons chacun dans un monde unique...

Ainsi l'appréciation d'autrui sur ses rêves propres n'est pas très utile ni constructive, parce que nous sommes toujours seuls dans nos rêves, même quand on rêve d'autres personnes...
Et qu'immanquablement, les autres nous renvoient les faces de la réalité qui s'opposent à nos rêves pour qu'on puisse mesurer la distance entre les deux. Comme si nous ne pouvions pas seuls, prendre cette mesure-là...
Ce n'est pas de mesurer l'écart entre son rêve et sa réalité qui fait avancer un rêve... c'est d'y croire, et de mettre en oeuvre tous les moyens à notre portée pour s'en rapprocher...
Ensuite que la distance à couvrir soit courte ou longue, n'est qu'une question de motivation, de détermination et d'endurance...

On ne peut pas passer sa vie à jouer à Jacques a dit...
Jacques a dit : "C"est impossible !..." alors nous allons cesser de rêver ? Et s'orienter vers quelque chose de plus conventionnel ?...
Jacques a dit : "Vous ne réussirez pas !"... alors nous allons abandonner ? Et se conformer à l'oracle d'une prédiction sans fondement ?...
Jacques a dit : "Vous devez vivre comme on a toujours vécu !"... alors nous allons faire ce que nous avons appris et ne pas dépasser des interlignes ?...
Jacques a dit : "Vous allez vous faire mal !"... alors on va éviter l'obstacle et rester derrière les barrières de sécurité ?...

Peut-être faudrait-il dire à ce Jacques a dit bien-pensant, qui se fait voix anonyme de ceux qui portent haut et fort la voix de la raison et de la frilosité, que nos univers oniriques sont étiquetés "chasse gardée"...
Peut-être que ce Jacques a dit, qui se veut sage et prévenant, devrait s'occuper de ses affaires et nous laisser le soin de décider de ce qui est bien ou mal pour nous, et nous laisser nous cogner aux murs qu'on rencontrera... peut-être... ou pas...
Peut-être que ce Jacques a dit bien intentionné et conseiller gratuit, est simplement mort de trouille ou de jalousie, de ne pas oser rêver en grand...

Quoi qu'il en soit, que ce soit Jacques ou quiconque, personne ne peut dire s'il nous est possible ou impossible de vivre la vie que l'on rêve... parce que pour que cette réalité se matérialise, la seule recette infaillible qui existe, est d'essayer... et d'essayer encore si la première fois ne suffit pas... et encore... si c'est vraiment ce que l'on veut...
A tatonner dans la direction de ses rêves, il n'est pas dit qu'on les rattrapera, mais en tous cas, on sera en meilleur chemin que si on les abandonne ou qu'on leur tourne le dos...

J'ai fait un rêve... Et dedans...
Jacques a dit : "Essayez donc alors !"... et j'ai trouvé que Jacques avait bien dit ... ...

Partager cet article

Repost 0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 00:25

" L'esclavage prolongé des femmes est la page la plus sombre de l'histoire."

Elisabeth Stanton


... d'autant plus que la page n'est pas tournée...

Il faut reconnaitre que la femme est un être doué d'une force de résignation exceptionnelle, pour pouvoir accepter de vivre dans un monde faits de tant d'inégalités... parfois même jusqu'à l'inacceptable, quand on porte son regard au-delà de nos frontières...
Et pourtant le sexisme n'est pas jugé faire parti de pratiques discriminatoires au même titre que le racisme, ou l'antisémistisme...
Parce que dans toutes les cultures et en tous lieux, on le trouve sous la même forme : la femme est inférieure à l'homme, et il n'y a pas à revenir dessus...

On peut mettre en avant tous les quotats de parité qu'on voudra, et tenter de nous faire croire qu'on ne juge les gens qu'en fonction de ce qu'ils prouvent de leurs valeurs... La réalité reste un obstable majeur pour qu'on y croit complètement...
Les préjugés sont tellement ancrés et les jugements tellement violents à l'égard des femmes, que même les plus féministes et les plus libérées, ne peuvent pas adhérer au myhte de l'égalité qu'on essaie de nous faire gober.
Nous vivons toujours dans une culture d'homme qui attribue à la femme un certain rôle, qu'il lui est permis de tailler à ses mesures, certes... mais à ses risques et périls...

Les progrès sont notables et notoires en ce qui concerne la condition de la femme dans ses droits fondamentaux, ses droits de citoyenne, ses droits à l'instruction, au travail, à disposer de son corps, etc... mais dans les esprits les femmes subissent encore des jugements moraux d'une autre époque.
La femme doit constamment se battre pour faire respecter tous ces droits pourtant...acquis.

La femme est beaucoup plus soumise à la pression sociale et culturelle : à la pression sociale dans son travail et dans ses moeurs, à la pression culturelle dans sa vie quotidienne et dans ses demandes d'autonomie.
La femme semble devoir incarner un idéal de perfection à tous points de vue, qu'aucun homme n'essaierait d'atteindre. Elle s'épuise à prouver qu'elle est un être humain à part entière, capable de réflexion et d'action, d'empathie et d'abstraction, d'omniprésence et d'effacement...

Et pourquoi diable n'ont-elles jamais pensé à se rebeller plus fermement, quitte à former des bataillons ?...
Pourquoi l'ont-elles toujours accepté cette domination de l'homme sur le monde, à laquelle elles ne faisaient pas exception ?...
Pourquoi aujourd'hui encore, les femmes subissent-elles la violence des hommes sans faire appliquer leurs droits ?...

Il est difficile de comprendre pourquoi aujourd'hui, on en est encore là... parce que chaque homme, aussi persuadé qu'il puisse être de sa supériorité sur la gente féminine, est sorti du ventre d'une femme, qui l'a nourri, soigné, élevé... et la plupart du temps aimé... et, que sans cette femme première, il n'aurait jamais eu l'occasion de pouvoir exercé un quelconque pouvoir... sur qui que ce soit...
Bien sûr, la mère c'est autre chose... ce n'est pas tout à fait "une" femme...
C'est avec ce genre de raisonnements "exceptionnistes" qu'on arrive à justifier la règle...

Mais quand même... n'asseoir sa supériorité que sur quelques muscles plus développés et une paire de c... de plus, c'était plutôt léger !... ...

Partager cet article

Repost 0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 23:58
" L'une des premières qualités pour réussir est la désobéissance."
Luc Uyttenhove


L'obéissance aveugle compte parmi les comportements les plus risqués qui soient, si l'on est à la recherche d'une certaine forme d'épanouissement personnel. Elle tend à conditionner une façon d'être, normativement utile, mais peu favorable à l'émergence d'une identiré propre...

Naturellement, le domaine dans lequel on cherche la "réussite" est à prendre en compte...
Certains "réussissent" très bien en faisant preuve d'une abnégation totale apparente et d'une soumission calculée, qui au fil du temps, donne les résultats escomptés...
Mais ce n'est pas une "réussite" de cette nature dont je souhaite traiter, parce que je ne sais pas si l'on peut réellement employer ce terme...
Quel genre de satisfaction tire-t-on d'une "réussite", qui impose l'effacement manipulateur de soi, à des buts pas toujours gratifiants ?...

La réussite ne peut être totale que si on y est pleinement soi-même. N'importe quelle "réussite" ne peut être complète que si elle fait la synthèse de ce que l'on est et de ce à quoi l'on aspire...
Ainsi, il arrive qu'il faille prendre le risque de la désobéissance pour tracer son chemin.
Le risque existe fatalement... parce que la désobéissance expose toujours aux jugements de ceux qui n'auront jamais le courage d'oser être ce qu'ils sont, par crainte de perdre l'approbation des autres ou la sécurité d'une position non engagée...

La désobéissance place souvent en marge... de la cohorte du plus grand nombre, car l'obéissance correspond à une qualité approuvée par un système donné, et la désobéissance à une sorte de rebellion contre l'autorité reconnue... et donc à un rejet par ceux qui souhaitent que le système reste bien en place...
Toutefois, c'est toujours par ceux qui pensent par eux-mêmes que les changements s'opèrent, la grégarité n'apporte qu'une continuation.

Mais c'est peut-être ce rejet, cette marginalisation, qui donne ses ailes à la liberté acquise par la désobéissance, en permettant de ne plus être soumis à aucune référence. Etre ainsi étiqueté "hors cadre" donne la possibilité de créer soi-même les règles d'obéissance que l'on veut bien admettre... parce qu'on ne désobéit jamais à tout...
Personne ne peut fonctionner sans quelques garde fous et quelques principes moraux, mais les choisir plutôt que les subir, est un luxe inestimable.

Par la désobéissance, on apprend à dépasser ses peurs instinctives... de rejet, de jugement, d'inadéquation, etc... et l'on trouve au bout du compte, qu'elle n'a pas que des vertus négatives, parce qu'on y fait aussi l'expérience du courage, de la fierté et de l'admiration...
La désobéissance ne doit pas non plus être aveugle, mais bien mue par des motifs réfléchis et nécessaires... Si elle n'est qu'opposition pour se vouloir plus fort que l'obéissance, elle n'est pas grand chose. Elle ne joue bien son rôle que lorsqu'elle résulte d'un appel pressant et profond de rester fidèle à soi-même...

La désobéissance est toujours une possibilité à envisager... surtout quand on n'est pas d'accord, non ?... ...

Partager cet article

Repost 0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 01:11

" Avec le temps, vous verrez que, parfois, ce qui compte, ce n'est pas ce qu'on a, mais ce à quoi on renonce."
Carlos Ruis Zafon


Le renoncement est une forme de liberté...
L'idée n'est pas nouvelle, mais il n'y a qu'avec le temps qu'on réussit à l'intégrer complètement...
Pris dans le feu de nos attentes, on confond parfois les priorités...
On s'évertue à vouloir atteindre des utopies, des buts illusoires, des mirages de rêves de vie, des inutiles espoirs...
Le temps est un merveilleux thérapeute, même s'il nous en coûte le prix de bien des années...

"Avec le temps... tout s'en va..."
Non... Tout ne s'en va pas avec le temps... Ne s'en vont que les choses superflues, celles pour lesquelles il ne vaut pas la peine de s'égratigner la douceur de vivre, la joie d'être et le plaisir de demain...

Nous avons tous des idées préconçues sur nos avenirs au temps où l'on croit que l'on peut planifier sa vie, la bâtir, la construire comme un lieu de villégiature idyllique et magnifique... Mais la vie se joue bien de tous nos plans tirés sur rêves insensés ou désirs bancals... par le biais d'une réalité bien présente, qui sème ses taches d'encre et ses fautes de frappe sur nos jolis petits papiers...
On apprend, en avançant, que se débarasser de nos caprices d'exister parasites... ça nous fait penser avec plus de légèreté, et que... cette légèreté, paradoxalement, nous libère d'une superficialité, qui fait passer l'essentiel au second plan...
Le temps nous permet de trier ce qui nous est nécessaire... et ce qui nous encombre ou nous entrave...

Il y a toutefois, certains renoncements qui sont plus difficiles que d'autres...
Renoncer n'est pas un acte négatif, mais il peut s'accompagner d'une douleur, que seul, le temps pourra aider à faire passer... Toutes les blessures se referment si on prend garde à bien les soigner... mais les cicatrices demeurent...
Renoncer c'est un peu comme tailler dans le vif des ses envies... une sorte d'ablation intellectuelle de nos fantasmes de vie... sans anesthésie parfois, de l'envie qui les soutenait...
L'opération peut être longue, risquée et son pronostic d'avenir réservé...

Est-ce devenir raisonnable... que de renoncer ?...
Renoncer est toujours un acte dicté par la raison, non ?...
On ne peut guère renoncer à quelque chose sans en avoir évalué le prix...
Le prix qu'il nous en coûte, de continuer à poursuivre des chimères, par rapport au prix qu'il nous en coûte de les oublier... et au bénéfice gagné ensuite sur ces comptes d'apothicaire raisonnés... en terme de liberté et de tranquillité d'esprit enfin apaisé...

Renoncer, c'est un lâcher prise... on abandonne quelque chose, et le lâcher prise soulage inévitablement, puisque l'état de tension disparait au profit d'une sérénité à apprivoiser...
Renoncer, c'est un choix... personne ne peut nous forcer à poursuivre ou renoncer à des buts, à des désirs ou à des possessions...

Le renoncement n'est pas comme certains le prétendent une forme de sagesse...
Qui parfois s'impose comme une évidence, si l'on veut continuer sa route le coeur et l'esprit léger... ...

Partager cet article

Repost 0
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 01:34

" La plupart des hommes ont, comme les plantes, des propriétés cachées que le hasard fait découvrir."

La Rochefoucauld



Une phrase qui porte en elle tous les espoirs en quelque sorte...
Parce qu'elle va plus loin que celles du genre "c'est dans l'adversité qu'on découvre sa puissance" par exemple.
Ici, nul besoin d'épreuves ou d'obstacles pour révéler ses "propriétés", le hasard peut y suffire... et bien des vies le prouvent, chaque jour...

Les "propriétés cachées" ne sont pas nécessairement des vertus incroyables ou des talents géniaux, juste des facettes jusque là ignorées, qui soudain grandissent l'être, à ses yeux propres ou à ceux des autres...
Que la découverte de ces nouveaux aspects soit essentiellement un enrichissement personnel, ou qu'il s'agisse d'un trésor qui se révèle au dehors n'est pas ce qui est le plus important.
La reconnaissance possible par les autres, passe de toute façon par la reconnaissance de soi en premier.
Tant que l'on reste hermétique soi-même, à ses "propriétés cachées", même si elles sont accessibles aux autres, elles ne peuvent pas être prises en compte. Il faut l'intervention du "hasard" bien souvent, pour permettre leur acceptation et leur mise à jour.

Le hasard, c'est un enchaînement d'évènements qui ne se déroule pas comme on a l'habitude, ou comme on aurait pensé, qu'il devrait se dérouler, et devant cet inattendu, forcément on ne peut pas donner les réponses auxquelles nous sommes habitués, et puisqu'imprévu, nous ne pouvons pas éxécuter des plans déjà réfléchis.
C'est donc l'instant qui répond, la réaction qui domine sur la réflexion, le spontané sur le calculé, l'intérieur plutôt que le "socialement correct" dans le sens normatif.
Mobilisant toutes nos ressources, même celles que l'on utilise très peu d'ordinaire, le hasard devient donc situation propice à révéler ou à mettre en avant, des "propriétés cachées" que l'on n'avait jamais eu l'occasion d'explorer.

Evidemment... le hasard ne donne pas toujours ce genre de résultat !... Nous ne tournons pas quotidiennement des soap-opéras à rebondissements spectaculaires, et la coupure de publicité n'intervient pas au moment opportun pour nous laisser le temps de respirer !...
Mais nous vivons tous les jours... et non au gré de "toujours" et de "jamais", qui nous encadreraient nos vies comme des rails rétrécis sur nos perspectives de voir changer demain...
Cette phrase laisse simplement une porte ouverte, pour que l'on n'oublie pas, qu'en entrouvrant un peu nos esprits à cette possibilité, on admette une fois pour toutes, que nous n'avons jamais fini de changer et de grandir... et qu'il en est de même pour tous...
Rien n'est jamais acquis... ni définitivement perdu...

Nous sommes tous susceptibles de nous surprendre, de nous dépasser, de nous découvrir autre que l'image que l'on nourrit...
Que les "propriétés cachées" s'éclairent par la surprise ou par l'occasion propice à les rendre publiques et réelles, n'est pas très important non plus... même si la reconnaissance en est différente, puisque dans le premier cas il s'agit d'une "connaissance nouvelle" alors que dans le second il s'agit d'une "révélation d'une connaissance connue".
Mais ce qui compte au final... c'est ce que ce potentiel libéré amène avec lui, c'est-à-dire cette dose de joie et de plaisir, comme on en éprouve inévitablement quand on découvre quelque chose de positif...

Mais... le hasard... n'est-il pas lui-même une "propriété cachée" de la vie ?... ...

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 01:26

" Les amoureux sont comme les somnambules ; ils ne voient pas seulement avec les yeux, mais avec le corps tout entier."

Jules Barbey d'Aurevilly



On a parfois ce sentiment de vivre comme dans un rêve quand on aime...
Un rêve éveillé, où l'on a plaisir, même quand on ferme les yeux, à ressentir et à "voir" avec une acuité décuplée, dans laquelle participent tous nos sens...
Les amoureux, du reste, comme les somnambules, se laissent guider par leurs pas, sans que la conscience ou la raison prédomine... faisant confiance à un instinct, qui défie toute prudence de se tenir les yeux ouverts, quand on se met intuitivement en mouvement...

Cette connivence du coeur et du corps qui se liguent contre toute raison, donne à l'amour la force de sa passion.
Les belles paroles de l'amour platonique, pur et idéalisé, font l'effet de beaux clichés intellectuels, autant que d'une méconnaissance totale du sentiment amoureux.
L'amour platonique n'est pas de l'amour pur, avec par opposition l'amour charnel qui lui, serait donc par voie de conséquence... impur...

L'amour reste ce mystère par lequel deux êtres, par ailleurs fort différents, perçoivent une sorte de désir instinctif d'en inventer un "troisième" fusionnel, c'est-à-dire un espace-temps où les limites personnelles de chacun s'évanouissent dans l'union charnel.
Et ceux qui disent que l'amour platonique, contient en germe, la même intensité, voire même qu'il puisse être supérieur en qualité, ont peut-être simplement... une connaissance limitée de la dimension amoureuse...

Le corps tout entier n'est pas de trop pour "voir" l'amour autrement qu'intellectuellement...
Intellectualiser l'amour, ça revient à peu près à "caloriser" le contenu d'une assiette, pour en apprécier la saveur d'après les éléments qui y sont contenus et leur valeur nutritive...
Déguster un plat savoureux ne met pas non plus seulement nos papilles gustatives à contribution, les yeux et l'odorat leur prêtent main forte.
C'est souvent une synergie de sens qui est à l'oeuvre, et non le sens que l'on pense le plus apte à juger de la sensation...

Les amoureux sont comme les somnambules... c'est mieux de ne pas les réveiller...
Au sens propre comme au figuré d'ailleurs...
C'est souvent par la réduction de l'importance de tous ces sens impliqués dans l'amour, que les amoureux fous d'un temps, arrivent à un éloignement progressif.

Le temps passant... les yeux et les oreilles prenant le dessus sur les autres sens... la synergie devenant moins riche... le sommeil plus profond... les rêves à partager moins nombreux... la fatigue du quotidien plus importante...

Lle corps n'obéit plus à ces accès de somnambulisme, et reste engourdi, bien au chaud sous des édredons d'habitude...
sans plus se poser de questions ni l'envie de braver tous les défis d'un parcours à faire, à coeur ouvert... les yeux fermés...

Le cerveau est tout à fait capable de recevoir, ou de créer, des images même quand on a les yeux fermés... ...

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 00:35

" Chaque homme est une histoire qui n'est identique à aucune autre."

Alexis Carrel



Nous savons expliquer bien des choses... sur la vie même avant la vie, sur sa formation et son évolution, ses carrefours, ses choix, etc... mais expliquer les choses, c'est souvent après qu'elles aient eu lieu...
Entre explication et justification, la différence n'est pas toujours très marquée...

Chaque être humain connait un destin particulier, que personne ne peut reproduire...
Chaque vie fait entrer en jeu, dans son décompte total, tellement de paramètres et de circonstances, qu'il serait impossible de la cloner...
Nous ne vivons pas des vies isolées, mais dans une interdépendance, dont il est difficile de savoir ce qui est le plus déterminant de nos actes ou de l'effet de nos interactions avec le monde dans nos actes...

Toute vie est soumise au "hasard"... c'est-à-dire à des "forces de décision" en puissance, devant lesquelles nous avons toujours plusieurs choix.
C'est l'examen de ces différents choix qui conduit à des décisions, qui elles-mêmes donneront lieu à certaines conséquences, etc...

Le serpent se mord la queue, de notre premier à notre dernier souffle...
Si on rajoute à cela la théorie de la roue du temps, qui revient à se représenter le temps comme un cercle sans début ni fin, en parallèle de ces cycles hasard/décisions/conséquence, on peut aboutir à une représentation de chaque vie, comme une création non seulement en perpétuel devenir, mais aussi en constante reprogrammation possible...

Mais loin de ces philosophades à l'utilité plus que contestable, prendre conscience que chaque vie ne sera vécue qu'une seule fois, de façon unique, nous permet d'en apprécier un autre ordre de valeur...
Sans porter de jugement sur le parcours ni les décisions, ni leurs conséquences, c'est considérer la vie comme un acte de création unique... et cela la rend égale à une oeuvre d'art...

Forts de cette position d'artistes de la vie quotidienne enfin reconnus, nous pouvons alors nous draper de nos plus beaux rêves et de nos plus grands idéaux pour les offrir au monde...
Peu importe que notre contribution soit modeste, cette position légitime la place de chacun, puisque chaque expérience, par ses innovations de construction, nous place au centre d'un système unique... dont nous sommes le pivot.

Pour éclairer cette façon de penser, on peut la dupliquer sur le concept amoureux, et l'on sait tous alors que "Chaque homme (femme) est une histoire qui n'est identique à aucune autre."
Ce que l'on peut comprendre au niveau relationnel est tout aussi transposable au niveau personnel de sa vie en général.

D'une histoire d'amour, on attend cet inédit, cet inattendu, ce non identique à aucune autre, et cela parait d'emblée légitime. Peut-être même accepte-t-on plus facilement l'unicité de l'autre, des autres, que la sienne propre... parce que familier de notre vie, de notre parcours, de nos circuits de décisions, nous ne sommes pas toujours très conscients ni ouverts à cette créativité permanente qui régit nos vies...

Mais... finalement... plus qu'une intuition globale sur l'importance de chaque vie, c'est peut-être au virus de la grippe qu'il me faut attribuer toutes ces pensées nébuleuses et chaotiques... ...

Partager cet article

Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 00:03

 

Cliquez pour dérouler les articles…

 

476 -- Vision amoureuse globale...

" Les amoureux sont comme les somnambules ; ils ne voient pas seulement avec les yeux, mais avec le corps tout entier."
JulesBarbey d'Aurevilly


477 -- La pharmacopée humaine...

" La plupart des hommes ont, comme les plantes, des propriétés cachées que le hasard fait découvrir."
François de la Rochefoucauld


478 -- Avec le temps...

" Avec le temps, vous verrez que, parfois, ce qui compte, ce n'est pas ce qu'on a, mais ce à quoi on renonce."
Carlos Ruiz Zafon


479 -- Les méfaits du garde à vous...

" L'une des premières qualités pour réussir est la désobéissance. "
Luc Uyttenhove


480 --
La femme deviendra peut-être un être humain comme les autres...

" L'esclavage prolongé des femmes est la page la plus sombre de l'histoire."
Elisabeth Stanton

   
481 -- Jacques a dit...

" Qui dit que vous ne pouvez pas avoir la vie de vos rêves ?"
David Baird


482 --
Attention à la loi de l'attraction...

" Si tout est incertain, pourquoi craindre quelque chose ?"

Solon

   
483 -- Rien du tout... sauf...

" Si je devais recommencer ma vie, je n'y changerai rien. Je ne ferais qu'ouvrir un peu plus les yeux."

Jules Renard


484 -- Handicap relationnel...

" J'ai eu longtemps une incapacité à mentir qui était une infirmité véritable. En vieillissant, cela s'améliore."
Maurice Chapelan


485 -- Pour argent comptant...

" Monsieur, répondit le mendiant, je vous demande de l'argent et non pas des conseils."
Voltaire


486 -- L'essentiel est invisible pour les yeux...

" Il n'y a qu'un décolleté pour pousser l'homme à chercher laprofondeur chez une femme."
Gabor Zsa Zsa


487 -- Compréhension in vivo...

" Si nous connaissions les autres comme nous-mêmes, leurs actes les plus condamnables nous paraitraient mériter l'indulgence."
André Maurois


488 --
Au feu le raisonnement...

" Quand il y a ressenti, il n'y a pas pensée. La sensibilité brûle la pensée."
Eric Barret

   
489 -- Les ogres et les fontaines de la vie...

" Il y a des relations énergétivores comme il y a des relations énergétiphiles qui nous saturent et nous rétrécissent dans un cas, nous glorifient et nous agrandissent dans l'autre."
Jacques Salomé


490 --
Le libre arbitre de l'amour...

" On ne choisit pas d'aimer, on aime."
Olympia Albert

 
491 -- La douleur chronique...

" La chose la plus douloureuse à expérimenter n'est pas la défaite, mais le regret."
Léo Buscaglia


492 -- 500ème post...

" L'artiste ne finit jamais vraiment son travail, il ne fait que l'abandonner."
Paul Valéry


493 -- Inspiration... Expiration...

" Vous ne respirez pas aujourd'hui pour vivre dans deux ans. Vous respirez en ce moment pour vivre en ce moment."
Karlfried Graf Dürckheim


494 --
Arrivera... Arrivera pas...

" La fatalité triomphe dès qu'on croit en en elle."
Simone de Beauvoir

   
495 -- Re (s/-) sentir l'amour...

" Au bout de combien de temps oublie-t-on l'odeur de celui qui vous a aimée ? Et quand cesse-t-on d'aimer à son tour ?"
Anna Gavalda


496 -- Au nom de soi... et du sacré Esprit...

" Rien n'est plus sacré que l'intégrité de votre esprit."
Ralph Waldo Emerson


497 --
Les paravents protecteurs...

" Tout le monde a des secrets. Il s'agit simplement de découvrir lesquels."
Karl Larsson

 
498 -- Prions pour rester humains...

" L'indifférence est le géant invincible du monde."
Ouida


499 -- Récréation au fil de l'eau...

En vers mais pas contre tout...


500 --
Considérons... et reconsidérons...

" De la considération des obstacles vient l'échec. De la considération des moyens vient la réussite."
Pantcha Tanka

   
501 -- La vie en soi d'abord...

" Ne te demande pas ce dont le monde a besoin, demande-toi ce qui te rend vivant, et ensuite vas-y et fais-le.
Car tout ce dont le monde a besoin, c'est de personnes vivantes.
"
Thurman Whitman


502 -- L'envers du décor...

" Si un bureau en désordre dénote un esprit brouillon, que dire d'un bureau vide ?"
Albert Einstein


503 -- Qui dit quoi ?...

" Ce n'est pas nous qui disons les mots. Ce sont eux qui nous disent."
Witold Gombrowitcz


504 --
Les relations d'humeur...

" Il faut tenir pour maxime indubitable que les difficultés que nous avons avec notre prochain viennent plutôt de nos humeurs que d'autre chose."
Saint Vincent de Paul

   
505 -- Le duel conjugal...

" Il y a des couples dont l'un des deux, au moins, est de trop."
Grégoire Lacroix


506 -- Les racines du savoir...

" Il n'y a pas d'hommes cultivés, il n'y a que des hommes qui se cultivent."
Ferdinand Foch


507 -- La tête de l'emploi...

" L'homme le plus extraordinaire n'en a pas l'air."
William James


508 -- Bla bla bla...

" Je n'apprends rien lorsque je parle ; je n'apprends que lorsque je questionne."
Lou Holtz


509 -- Résultat testamentaire...

" Ce n'est pas ce que nous avons amassé qui reste après cette vie, c'est ce que nous avons donné."
Gérard Chaudry


510 -- Le futur dépassé...

" Un bon archer atteint la cible avant même d'avoir tiré."
Chao Pu-Che

 

511 -- L'éloquence extérieure...

" Quand un homme prend la parole, les gens écoutent puis regardent.
Quand une femme la prend, les gens regardent. Ensuite, s'ils aiment ce qu'ils voient, ils écoutent.
"
Erica Jong


512 -- Par delà les croyances et les idées...

" Ne croyez pas, expérimentez ! Ce n'est pas la croyance qui vous fera évoluer, c'est l'expérimentation."
Pierre Lasalle


513 --
Les alternatives de la critique...

" Penser contre a toujours été la façon la moins difficile de penser."
Jacques de Bourbon Busset

 
514 --
Pour l'amour de l'art...

" Aimer est un art et l'amant est un artiste."
Ovide
 


 
 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL

 






 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 23:58

 

Cliquez pour dérouler les articles…


447 -- Mettre un pied devant l'autre...

" Dans l'apprentissage de la sagesse, on avance difficilement mais on ne recule jamais."
Auteur Inconnu


448 -- Perspective implicante...

" On accuse souvent les femmes de prendre les choses de façon trop personnelle.
En réalité, je ne vois aucune autre façon de le faire.
"
Marya Mannes


449 -- La liberté d'être enseigné...

" Un homme libre n'apprend rien en esclave."
Platon


450 -- Les yeux dans le sens de la marche...

" Parfois pour ouvrir les yeux sur les possibilités d'aujourd'hui, il vous faut les fermer sur celles d'hier."
David Baird


451 -- Rhésus affectif...

" L'amour est un sentiment qui coule du coeur et se répand par le sang dans toutes les cellules du corps."
Alexandre Lowen


452 -- Les femmes "seules"...

" Les femmes sont toujours "seules" quand elles sont sans homme."
Marie Denis


453 --
L'enfant clandestin...

" En chaque personne vrai, se cache un enfant qui veut jouer."
Friedrich Nietzsche

   
454 -- Le train (train) de la vie...

" N'oubliez pas de vivre pendant votre voyage vers la tombe..."
David Baird


455 -- Self thinking...

" Rare est le nombre de ceux qui regardent avec leurs propres yeux et qui éprouvent avec leur propre sensibilité."
Albert Einstein


456 -- Le merveilleux voyage...

" Le romancier n'est ni historien ni prophète : il est explorateur de l'existence."
Milan Kundera


457 -- Que la paix soit avec vous !...

" S'il veut être en paix avec lui-même, un musicien doit faire de la musique, un peintre de la peinture, un poète de la poésie."
Abraham Maslow


458 -- Des mots et des idées...

" Peu importe ce qu'on pourra vous dire, les mots et les idées peuvent changer le monde."
Peter Weir


459 -- Voler plus haut...

" De tous les cerfs volants, l'imagination est celui qui vole le plus haut."
Lauren Bacall


460 -- Petite leçon d'être...

" Qu'est-ce qu'un ami ? Je vous le dis. C'est une personne avec qui vous osez être vous-même."
Franck Crane


461 -- En pleine possession de soi...

" Le bonheur, c'est être quelqu'un, pas quelque chose."
David Baird


462 -- Que la lumière soit !...

" Ne cache pas ta lumière sous un abat-jour."
Ruth Fishel


463 -- Le regard intérieur...

" Il faut réfléchir, l'oeil ne suffit pas."
Paul Cézanne


464 -- Sept fois par semaine... au moins...

 " On a trois ou quatre fois, dans sa vie, l'occasion d'être brave, et tous les jours celle de ne pas être lâche."
Hervé Bazin


465 -- En ces temps difficiles...

" En ces temps difficiles, il est bon d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant sont nombreux les nécessiteux."
Chateaubriand


466 -- Au fond du placard...

" Il n'y a rien qui effraie plus les gens que les choses qu'ils ne comprennent pas."
Paul Claudel


467 -- L'attrait de l'instant...

" Pour une satisfaction passagère, l'homme est capable d'oublier son âme."
She Lao


468 -- Les chemins de la liberté...

" Un bon formateur a ce souci constant : enseigner à se passer de lui."
André Gide


469 -- Le hasard pour mémoire...

" Pour qu'un amour soit inoubliable, il faut que le hasard le rejoigne dès le premier instant."
Milan Kundera


470 -- Le cadeau du bonheur...

" Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d'autrui ;
mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c'est encore d'être heureux.
"
Alain


471 -- Destination à découvrir...

" L'avenir n'est interdit à personne."
Léon Gambetta


472 -- Chacun son "la"...

" Chacun de nous possède une musique d'accompagnement intérieure. Et si les autres l'entendent aussi, cela s'appelle la personnalité."
Gilbert Cesbron


473 -- Auto-croissance...

" Tout homme reçoit deux sortes d'éducation : l'une qui lui est donnée par les autres, et l'autre, beaucoup plus importante, qu'il se donne à lui-même."
Edward Gibbon


474 -- Egocentrisme concentrique...

" Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites surtout si on veut les élargir."
Antonio Gramsci


475 -- Un jour un homme...

" Chaque homme est une histoire qui n'est identique à aucune autre."
Alexis Carrel
 


 


 

SOMMAIRE GENERAL
RETOUR ACCUEIL




 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lo - dans SOMMAIRE
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 23:48

" Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites surtout si on veut les élargir."

Antonio Gramsci



Le "Connais-toi toi même" de Socrate reste une des bases du développement personnel.
La connaissance de soi est une recherche essentielle, non pas tournée vers un narcissisme prétentieux, mais en vue d'améliorer sa propre construction.
Comment peut-on prétendre à modifier, voire améliorer, ses représentations, ses comportements, ses réactions face au monde, si l'on n'en est pas pleinement conscient ?

Nous sommes tous entravés par certaines limites, conscientes ou inconscientes.
Ce que nous nommons "réactions", et qui se manifeste par des réponses plus ou moins conditionnées aux évènements, choses ou personnes, ne sont ni plus ni moins qu'un long travail d'intériorisation de nos représentations et de notre connaissance du monde.

Celles-ci sont nées de conclusions personnelles échafaudées avec les éléments dont nous avons disposé à un moment donné.
Parfois elles peuvent avoir besoin d'évoluer, parce que devenues inadaptées, mais nous ne nous en rendons pas toujours compte.
Nous constatons l'inadéquation, le décalage, un sentiment de malaise, mais au-delà du constat, rien de très précis.

Connaître ses propres limites n'est pas un aveu de faiblesse, bien au contraire.
Les limites, c'est un peu comme les défauts, qu'on veuille ou non le reconnaître, nous en avons tous
...

Comme pour les défauts, il ne sert à rien de focaliser dessus. Au lieu de lutter contre un défaut, et de se mobiliser sur l'aspect "négatif" qu'il représente, une stratégie plus performante consiste à se concentrer sur la qualité opposée à ce défaut, et à tenter de s'en rapprocher au plus près.
Appliquant le même genre de procédé aux limites, on peut, au lieu de prendre en compte, le mur que représente la limite, voir au-delà ce que l'on gagne en espace de liberté et essayer d'atteindre ce nouveau point d'horizon élargi.

Mais pour mettre en oeuvre ce genre de stratégie, il faut évidemment avoir déjà pris la peine de faire en toute honnêteté un état des lieux de nos limites...
Il faut reconnaitre aussi, que nos limites sont sécurisantes.
Elles permettent de définir un cadre au-delà duquel notre champ de conscience et d'expérience n'étant plus éprouvé, nous nous retrouvons dans un environnement qui nous déstabilise et nous échappe... alors qu'à l'abri de nos oeillères et de nos clôtures, il fait bon vivre en toute quiétude... malgré une longueur de laisse pas toujours suffisante pour profiter à loisir de tout l'espace qui s'ouvre à nos possibilités...

Toutefois, même en toute bonne foi de reconnaissance de nos limites, les élargir n'est pas une continuité évidente qui va de soi, mais dépend d'une volonté et d'une détermination à conquérir d'autres territoires et à cultiver de nouveaux germes...
Juste il faut garder à l'esprit, que nos limites ne font pas office de panneau de signalisation sur lequel serait gravé "accès interdit", ou bien "au-delà de cette limite votre sécurité n'est plus assurée"...

L'égocentrisme tend à diminuer au fur et à mesure que nos limites sont repoussées...
parce qu'en les élargissant, on agrandit son champ de vision...
et qu'en élargissant son champ de vision, on voit mieux le monde qui gravite autour du nôtre... ...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...