Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 01:29


" Quand tout est pur et clair dans votre esprit, personne ne peut vous créer d'obstacles."
Lama Thubten Yeshe


Vous vous rendez compte ?...
Est-ce que vous pouvez vous rendre compte de ce que serait une pureté et une clarté totales de notre esprit ?...
...???.........(je laisse un petit temps dédié à l'imagination personnelle de chacun...)
Et ben moi j'avoue... je sais pas... mais c'est sûr que ça doit créer un certain champ de force...
Inévitablement...

La pureté et la clarté totale, c'est une utopie...
On en revient à une quête de perfection, qui ne peut jamais avoir de fin...
Nous avons parfois la pureté totale ou la clarté totale, parfois un savant dosage des deux, parfois l'une ou l'autre défaillante... un peu comme des dés qui s'entrechoquent et s'arrêtent pile sur une de leur face...
La clarté et la pureté de notre esprit ne peuvent pas dépendre que de nous...
Nous avons une action dessus certes... mais pas les pleins pouvoirs...


Ce sont parfois simplement des champs de force qui affrontent leurs désaccords...
On n'a pas tous les mêmes armes et les mêmes armures...
On n'a pas tous les mêmes défenses non plus...


......

Partager cet article

Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 19:58


" Le temps n'est pas une courbe lisse, mais une série de cahots, de bonds et de pauses."
Nial Williams


Oui... La représentation du temps linéaire, ça me fait bien rire... comme si de la préhistoire à nos jours, la vie s'était déroulé comme ça, en suivant une ligne toute droite... pas de relief, pas de repos, pas de griefs, pas d'accrocs...

La spirale du temps est un monstre à puissance exponentielle.
Nous y grandissons en naissant à sa base, et à mesure que les années passent, le diamètre de la spirale s'agrandit, et l'agitation de son tourbillon intérieur aussi...
Et on se rend bien compte qu'on n'avait pas fini de grandir au fur et à mesure qu'on grimpe dans la tourmente, et que les moments d'acalmie ne sont que des pauses repos à savourer précieusement avant la reprise de l'aspiration démentielle de notre temps dans l'infernale spirale de l'existence...

C'est vrai que des fois, il faut reconnaitre, la route est fatigante...
... et longue...
... Les chemins étroits, sinueux...
... le paysage pas toujours au top...
... la météo parfois défavorable... le brouillard, la pluie, les coups de soleil...
... les dérapages contrôlés et incontrôlés, contrôlables et incontrôlables...
Enfin bref, tout ce qui peut nous accidenter le temps dans son déroulé linéaire...
... La vie quoi ...

Mais on a beau se plaindre autant qu'on le voudra... si le temps était réellement ce fantasme de courbe lisse et de platitude linéaire... qu'est-ce qu'on s'ennuierait !...
D'accord, la fatigue, le stress, l'inadéquation de l'espace temps dans lequel nous évoluons, l'urgence, la virtualité et tout un million de petits détails comme ça, font que on idéalise un temps que l'on aurait le temps de voir passer...
Sauf que...

La bizarrerie de la chose, c'est qu'il existe des gens qui ont tout le temps de sentir le temps s'écouler... que même, ils n'ont à vrai dire, pas grand chose d'autre à faire... à en être presque désolant... parce que ressentir le temps s'écouler, et s'écouler avec lui finalement... ben au final, ça n'est pas si excitant qu'on croit...

En fait ce qu'on vend, ce n'est pas plus de temps ou une mesure de temps différente...
On ne veut pas plus de temps... On veut plus de "bon" temps...


C'est à qui qu'il faut s'adresser ?... A la météo ?... A l'environnement ?...
Et pis en plus... ça urge !...




Partager cet article

Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 00:42


" Vous ne pouvez être que ce que vous êtes.
Détendez-vous ! L'existence a besoin de vous tel que vous êtes.
"
Osho Reyneesh


L'existence a besoin de nous tels que nous sommes...
D'accord, tenons-nous le pour dit !...
Mais nous, avons-nous besoin de l'existence telle qu'elle est ?...
Pourquoi devrions-nous nous soumettre à une existence qui nous contraint et se détendre ?...

C'est bien de chercher à se rassurer, à déculpabiliser, etc... mais est-ce vraiment rassurant de croire que l'existence a besoin de chacun exactement tel qu'il est ?...
Et pourquoi si l'existence a besoin de nous, tels qu'on est, s'évertue-t-elle à nous faire changer au fil des années ?...
Si on lui convient, pourquoi sans cesse nous obliger à nous remettre en question ?...

Evidemment qu'on ne peut être que ce que l'on est...
On a des compétences... et des incompétences...
On a des qualités... et des défauts...
On a des connaissances... et des lacunes...
On est finalement, aussi "parfaits" qu'on peut l'être, la perfection n'étant qu'un jeu d'équilibre...


Partager cet article

Repost 0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 02:57


" Il n"y a de paradis que pour les anges."
Jacques Chardonne


Juste deux ailes pour nous changer la vie... ...

Alors, laissons pousser nos ailes...

Même s'il faut faire de la place pour les déployer... ça vaut le coup d'essayer...
Nettoyer le terrain de tout ce qui nous contraint inutilement la vie, histoire de se libérer de l'espace-temps pour défricher l'inutile du quotidien...

Partager cet article

Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 23:49


" Avance et tu seras libre."
Hassan Massoudy (Visite guidée...)




Si l'on veut aller plus loin que les murs qui nous entourent, il n'y a guère d'autre solution que d'avancer... parce qu'attendre que les murs changent de place, ça parait un peu utopique...
Si on veut que le monde bouge autour de soi, il n'y a qu'en bougeant soi-même qu'on peut réaliser ce souhait... ou pouvoir bénéficier d'un miraculeux tremblement de terre ciblé...

L'immobilité fait naitre l'habitude qui rend nous esclaves sans le savoir...
L'immobilité , c'est un peu comme être atteint progressivement d'un cancer de l'action paralysant...
L'immobilité délimite un périmètre de sécurité au-delà duquel on a peur de se risquer...

Avancer... C'est ce qu'on fait tous chaque jour... On ne s'arrête jamais.

Mais on ne peut pas comparer toutefois la vie à un marathon.
Dans un marathon, en plus des capacités physiques inhérentes au coureur, l'entrainement peut faire la différence...
Dans la vie, en revanche, on n'est jamais assez entrainés pour anticiper avec assurance toutes les foulées...

J'ai grandi avec Souchon qui chantait déjà "On avance, on avance, on avance... D't'façon on n'a pas assez d'essence, pour faire la route dans l'autre sens... Alors on avance..."
On m'a jamais caché que ce serait tout droit jusqu'au bout, sans s'arrêter ni pause café... mais quand même je pensais pas qu'on avançait comme ça de plus en plus vite dans le temps avec les années qui passent...
On se rend bien compte qu'on ne comprend jamais vraiment ce qu'on ne vit pas... que l'imagination est peut-être plus forte que la raison... mais que la réalité est la seule vérité qui fait avancer...

"On avance vers la liberté... comme on avance vers la lumière"... Tatata... ça fait un peu cliché et lumière tamisée...
La liberté on n'avance pas vers elle, on l'a en soi... d'abord...




Partager cet article

Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 23:55

Cours pour HOMMES au Centre d'Éducation des Adultes - Inscriptions avant le 25 septembre

Note : A cause du niveau de complexité et du contenu chargé, chaque cours acceptera un maximum de 8 participants.


1 - COMMENT CHANGER LE SAC À POUBELLES
Étapes par étapes, avec présentation Power Point.


2 - LE ROULEAU DE PAPIER HYGIÉNIQUE
Pousse-t-il sur le support? Discussion avec tour de table.


3 - URINER EN UTILISANT LA TECHNIQUE D'ÉLEVAGE DU BANC DE TOILETTE EN ÉVITANT D'ARROSER PLANCHER, MURS ET BAIN
Pratique de groupe.


4 - DIFFÉRENCES FONDAMENTALES ENTRE PANIER À LINGE ET PLANCHER
Images et graphiques explicatifs.


5 - VAISSELLE DU DÎNER ET SOUPER
Est-ce qu'elle lévite et vole jusqu'à l'évier de la cuisine? Exemples sur vidéo.


6 - PERTE D'IDENTITÉ : ABANDON DE LA TÉLÉCOMMANDE
Groupe de soutien.


7 - APPRENDRE À TROUVER DES OBJETS
Commencer par regarder plutôt que de virer la maison à l'envers en criant.
Discussion.


8 - ALERTE SANTÉ
Apporter des fleurs n'est pas nocif pour la santé. Graphiques et cassette audio.


9 - LES VRAIS HOMMES DEMANDENT LE CHEMIN LORSQU'ILS SONT PERDUS
Témoignages vécus.


10 - APPRENDRE À AIMER
Différences de base entre mère et épouse. Pièce avec jeux de rôle.


11 - DEVENIR LE COMPAGNON IDÉAL DE MAGASINAGE
Exercices, méditation et technique respiratoire.


12 - COMBATTRE L'ATROPHIE CÉRÉBRALE :
Se souvenir des anniversaires et des autres dates importantes. Téléphoner à la maison si un retard se présente. Séances thérapeutiques avec électrochocs. Lobotomie complète offerte au besoin.


**Pour tous les SURVIVANTS, un diplôme sera remis.**

 


Partager cet article

Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 23:49

" Que celui qui n'a pas traversé ne se moque pas de celui qui s'est noyé."
Proverbe Africain


Variation de "La critique est facile, mais l'art est difficile", appliquée plus spécifiquement à l'action...
Je pense que c'est thème que j'ai déjà abordé sous une autre forme...
On y rejoint le jugement, l'égocentrisme, la lâcheté, la médisance, la grégarité... confrontés à l'épreuve, l'effort, le courage, la résolution, la marge aussi... souvent...

Il est généralement plus aisé de prévoir ce qui vient d'arriver quand ça vient d'arriver, plutôt qu'avant que ça arrive...
Les prémonitions et les voyances post-monitoires sont légion courante : c'est fou ce que les gens prévoient mais dont ils ne font part à personne ou dont ils ne tiennent pas compte !... Je parie que vous-mêmes, vous l'aviez prévu que j'allais dire ça... Hein ?...


Ce n'est qu'en traversant qu'on peut se rendre compte de la température de l'eau, du courant, de la profondeur, de la distance réelle, de l'effort à accomplir, des risques pris et des dangers précis...
Depuis la berge, on n'a pas la même vue, c'est clair...
Et même les zones d'ombre sur lesquelles on n'a pas d'idées précises, on les minimise...
On se dit qu'on verra au moment voulu, on avisera...

Quand on accomplit quelque chose uniquement en la planifiant, en la réfléchissant ou en l'imaginant, malgré tout, il manque tout le poids physique de la réalité qui ,quoi qu'on puisse en dire, pèse beaucoup dans la balance de la vie...
Et non seulement cela, mais...
Les différences de chacun, face à des situations inédites, sont encore bien plus frappantes et marquées, puisqu'en l'absence de modèle unique référent, chacun aborde les situations complexes de l'existence, avec ce qu'il a en lui de compétences naturelles ou cultivées...

Le monde est aussi beaucoup plus grand qu'on ne l'imagine... et beaucoup plus surpeuplé qu'on le compte... parce qu'il faut bien le dire, ici, il n'y a pas que vous et moi...
Non...
Il y a bien plus que : vous et moi...
Le moi est un mensonge, et le vous ne veut rien dire, quand, employé dans ce genre de sens, il frôle l'équivalence d'un nous unificateur entre vous et moi...

Notre moi n'est pas que cette essence personnelle et intime qui fait de chacun une personne différente.
Le moi est avant tout la fédération privée d'une multitude de facettes, exponentielles et en tiroirs, qui cohabitent dans un réceptacle corporel, lui-même soumis la coalition d'une foultitude de cellules, dont il gère plus ou moins la cohésion et l'harmonie...
Quand on se penche sur la complexité de la question, il est évident que chacun agit de façon unique, même quand les points de convergence ou de similarité sont nombreux...

Et puis à quoi servirait de se moquer de celui qui s'est noyé ?...
Plusieurs raisons, la méchanceté pure et dure... ça existe...
La mesquinerie, pour se réhausser les bretelles face à l'échec de l'autre... sans avoir rien gagné soi-même...
La bêtise... L'ignorance est une maladie contagieuse qui voyage sur les ailes de la calomnie et de la crainte...

Mais quelle raison utile, juste ou belle peut-on trouver à la moquerie ?......

Partager cet article

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 23:45

" Ce n'est point parce qu'il y a une rose sur le rosier que l'oiseau s'y pose : c'est parce qu'il y a des pucerons."
Jules Renard



Il faut se garder de juger les choses d'après la seule première vue que nous pouvons en avoir...
Les raisons profondes aux pourquoi ne sautent pas nécessairement aux yeux, cela n'en enlève rien de leur réalité et de leur vérité...

Qu'importe parfois, que les raisons profondes qui nous font agir en un certain sens, restent obscures aux yeux des autres... l'essentiel c'est de savoir soi-même pourquoi on fait les choses, sans chercher à se mentir ou à ne s'arrêter qu'aux a priori...
Le jugement des autres est accessoire quand on sait qu'on agit de la seule manière dont on puisse le faire pour se rester fidèle à soi d'abord...

Parfois c'est en venant sentir la rose, attiré par son parfum capiteux et la préciosité de ses pétales, que l'oiseau vient se poser sur le rosier...
C'est seulement ensuite... une fois sur la branche qu'il découvre les pucerons... Le Kinder Surprise ET la surprise... Deux en Un...
On ne cherche pas toujours ce qu'on croit...

On ne sait pas toujours de quoi on a véritablement besoin non plus...
On ne peut pas accomplir, seulement des choses "utiles"... Il faut un espace de vie gratuit aussi...

La rose peut suffire parfois, et être plus importante que tous les pucerons du monde, même en essayant de s'imaginer dans la peau d'un oiseau...
Parfois on n'a pas besoin de vouloir "tout"... Le plaisir de la fleur suffit...




Partager cet article

Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 01:12


" Prenez le temps de vous donner, de vous gâter, de vous donner de tout à profusion, au point où la surabondance vous amènera à donner à autrui."
John Gray



Ben oui !!...
Quand on prend un menu XXL, ça ne coûte rien de partager parce qu'on a largement... Ce n'est pas un effort consenti, alors on partage de façon naturelle...
Notre principal souci dans la vie tourne toujours autour de la notion d'équilibre...



Partager cet article

Repost 0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 01:11

" La vérité est le nom que les plus forts donnent à leur opinion."
Alphonse Karr


Un échange avec d'autres personnes ne peut pas toujours se qualifier de "communication"...
Certains ont envie et besoin d'échanger leurs points de vue pour continuer à pousser plus loin leurs réflexions, d'autres ont juste besoin de renforcer leurs visions déjà établies en les répandant sur le monde...
Mais ne soyons pas bêtement manichéens, nous sommes tous, à la fois les "certains" et les "autres"...
Tout dépend les terrains de discussion que nous arpentons...


Parfois, bien que convaincus du bien fondé de nos positions, nous ne cherchons pas à les imposer aux autres, mais à trouver dans le débat, des arguments pour nous prouver à nous-mêmes qu'on a bien raison de penser ce qu'on pense...
A d'autres moments, bien que peu sûrs de nos opinions, nous y croyons dur comme fer, soit parce qu'elles nous arrangent, soit parce que nos œillères nous empêchent d'élargir notre angle d'attaque de la problématique...
Dans les deux cas toutefois, nous protégeons alors nos conclusions par un sérieux manque d'envergure dans la réflexion...

La vérité est naturellement l'écueil dans lequel il vaut mieux ne pas tomber...
"Tu veux que je te dise la vérité ?"... est toujours l'amorce un peu ambigüe de son énoncé, parce que... qui fonde cette vérité, mis à part celui qui l'énonce ?...
La vérité, toujours ce chemin sans fin qui n'apporte que des ampoules au cerveau de celui qui veut l'atteindre absolument... cette voie d'accès vers nulle part, qui au nom d'une recherche d'absolu, finit par expulser sur les bas côtés tous les possibles divergents qui nous dérangent...
La vérité est un chemin de terre qui peut se transformer en ornières boueuses et salissantes pour l'intégrité de ceux qui s'y engagent en intégristes de la vie...

Il y a longtemps que j'ai tiré mes conclusions sur la vérité... et sans nier qu'une vérité puisse exister, je pense qu'on a chacun la nôtre, comme on a chacun notre soleil et nos couleurs, nos mots et nos sensations...
Pirouette facile... Peut-être... Mais qui a l'avantage de laisser de l'espace à chacun pour n'imposer qu'à soi-même ses opinions, ses certitudes et ses absolus...
Je ne cherche pas à imposer mes visions du monde et du sens de la vie, même si quelquefois, comme tout le monde, je tente de convaincre d'autres personnes de l'évidence de mes points de vue, quand mon inculture ou la méconnaissance de certains faits m'empêchent d'adopter un cadrage plus élargi...
J'ai mes "vérités" qui me ressemblent, parfois contradictoires et incongrues, parfois naïves et candides, parfois étriquées et sans appel... mais jamais menteuses ou condescendantes...

La vérité du plus fort est toujours un aveu d'impuissance, quand elle ne se base pas sur l'adhésion spontanée de chacun, mais sur une volonté, voire une nécessité, d'imposer.
Qui veut imposer, admet par là même, que son opinion ne se base pas sur l'évidence naturelle... sinon il n'y aurait pas besoin de matraquer sa raison pour la mettre au fronton de la vérité...
Et dans la folie mégalomane de la puissance, se sentir détenteur de la vérité, abrite de tous les remords, et attise un égo déjà bien gonflé par le sentiment de supériorité...

Il est bien plus flatteur de voir d'autres personnes se rallier à nos opinions, plutôt que de tenter de les imposer de force comme des vérités indiscutables...
Parce qu'on accorde toujours plus de poids à ce qui s'impose à nous par expérience personnelle, qu'à ce que l'on veut nous imposer par évidence... tout aussi personnelle... ...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...