Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil...

  • Lo
  • laurencewitko5@gmail.com
  • laurencewitko5@gmail.com

CONTACT...

Rechercher...

OU BIEN LAISSER UN MESSAGE...

Archives...

12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 00:49

" Tout arrive toujours au moment opportun"
Philosophie personnelle...


C'est une croyance personnelle qui s'est peu à peu imposée à moi... avec le temps et la compréhension du fait que l'on ne maitrise jamais vraiment le cours de la vie, mais que ... si on a confiance, et qu'on laisse le temps au temps, la réalité finit toujours par nous apporter ce dont on a réellement besoin...
On peut appeler cela de l'optimisme de supermarché, de la philosophie de bas étage ou de la naïveté puérile...
Peu importe de toute manière ce que quiconque peut en penser, moi je sais que c'est une vision de la vie totalement libératrice, qui permet l'acceptation de tous les petits et grands maux qu'on a l'occasion de traverser dans une vie, et qui permet de rester serein en toutes circonstances...

Je ne demande à personne de croire, sur pensée, la parole que je colporte ainsi... je n'ai besoin d'aucune adhésion extérieure pour la valider, elle a toute ma confiance...
Adopter ce point de vue permet de tout relativiser, de traverser les époques de la vie pour ce qu'elles sont, des espaces temps de durée et d'intensité variables qui inévitablement sont temporaires et transitoires...
Adopter ce point de vue donne la force d'affirmer ce que l'on veut, qui l'on est et vers quoi on veut se diriger... Si l'on ne sait pas ce que l'on veut, ni où l'on va, il est difficile de reconnaitre les instants clés où toute notre vie peut basculer sur des choix que l'on fera... ou que l'on ne fera pas...
Adopter ce point de vue, c'est se sentir libre d'agir de la façon qui nous convient le mieux... sans craindre de conséquences fâcheuses, puisque si conséquences à priori fâcheuses il y avait, ce ne serait que l'occasion, le tremplin pour nous propulser encore plus loin et plus haut... même après une réception délicate et hasardeuse...

Toutes nos vies réunies sont imbriquées les unes dans les autres, qu'on y prenne garde ou non..
. C'est pourquoi la défaveur apparente des évènements nous heurtant, n'a parfois aucun rapport avec nous, elle n'est que le fruit d'autres besoins ou désirs contraires, exprimés par d'autres consciences, et qui peuvent entrer en conflit avec les nôtres propres...
Mais l'histoire est bien faite, et la roue ne cesse jamais de tourner. Notre tour de jeu revient toujours, et nous reprenons la main...
Nous ne sommes pas 6 milliards d'individus seuls au monde, mais bien 6 milliards de personnes qui vivent conjointement sur un tout petit bout de terre au bord de la crise de nerfs...

Oui, je pense que les choses arrivent toujours au bon moment, mais... même si j'avais tort, qu'est-ce que ça changerait ?...
L'essentiel, en philosophie, c'est bien ce à quoi nous croyons, et non d'avoir la preuve concrète que nous avons raison de croire ce que l'on croit
(l'un l'autre ne s'excluant toutefois pas...)
Croire que la vie entière est un casse-tête, un remue-cœur et conscience, et que la lutte perpétuelle est la seule façon de survivre, est aussi une philosophie... aussi improbable que la mienne, mais bien plus désagréable à supporter...
Avoir raison ou tort est un débat idiot, l'important c'est de vivre le mieux possible, non ?...

Parfois, quand le moment opportun attendu tarde à arriver, je me demande s'il est encore loin, et pourquoi il tarde tant... mais jamais je ne mets en doute qu'il arrivera... et chaque minute qui passe ne peut que m'en rapprocher imperceptiblement...
Finalement c'est un peu comme quand on attend le bus, le train ou le métro...
On sait bien qu'il va apparaitre au coin de la rue : il arrive que l'on soit en avance ou en retard, qu'il y ait des problèmes de circulation, ou que les conditions météo soient défavorables... mais même sans être informé de ce qui se passe précisément, on attend dans la certitude ( jours de grève exceptés naturellement), et même si l'attente peut être longue, on sait qu'elle sera payée de retour...
Dans le voyage de la vie, aller simple sans retour inscrit sur notre billet, il nous faut prendre plusieurs correspondances souvent... Trépigner d'impatience n'a jamais fait arriver un bus plus tôt, mais nous empêche de mettre à profit le moment présent...

On ne peut pas donner de temps indicatif pour que les évènements atteignent leur maturité... mais comme certains amis du petit déjeuner... ils arrivent toujours au bon moment... ...


Partager cet article

Repost 0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 00:00


"... La vie c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber..."

Forrest Gump (.......)


On peut distinguer deux portraits types d'amateurs de chocolat : ceux qui aiment faire des tests de goût en aveugle, sans savoir quel goût leur restera en bouche, et ceux qui, plus prudents, préfèrent en connaître le parfum annoncé avant, pour se faire une idée de l'arôme avant qu'il ne se développe en palais... Rares sont ceux qui mêlent ces deux approches parallèlement...
Deux conceptions différentes...

On ne peut pas juger un chocolat seulement sur son aspect extérieur... sur sa géométrie, ses cannelures, ses dessins ou son brillant... parce que d'expérience, on sait tous... qu'à l'intérieur... il y a ... autre chose !... et que même, en l'observant minutieusement sous toutes les coutures, rien dans son aspect ne peut nous indiquer clairement quelle sera sa saveur...
Finalement chez Kinder, ils n'ont pas inventé grand chose avec leurs oeufs surprise... ils ont juste remplacé la saveur surprise par un petit jouet... dont on ne peut rien prévoir non plus avant de l'ouvrir...

Les gens aussi... c'est un peu pareil... On ne peut pas juger que sur l'aspect extérieur... On est souvent étonnés quand on aperçoit aussi ce qu'il y a derrière la façade... Des bonnes surprises, des moins bonnes parfois... Comme pour les chocolats, on est obligés de tester soi-même pour s'en rendre compte... Seule l'expérience personnelle peut nous apporter cette connaissance-là...
C'est l'expérience que l'on fait des choses qui nous en donne la saveur ...

Et la vie aussi... On ne sait jamais en ouvrant les yeux le matin de quoi sera faite exactement notre journée... Naturellement chacun a plus ou moins un planning prévu, mais le cours des choses ne suit pas nécessairement celui de nos agendas... ou celui de notre logique... Et comme pour le choix des chocolats, nous avons tous ces choix à faire, dont nous ne pouvons pas savoir à l'avance exactement quels en seront les conséquences, tant qu'on ne les a pas testés...


La morale de l'histoire, c'est que... chaque choix porte en lui une part de risque, parce qu'une part d'inconnu dont on ne peut absolument rien savoir à l'avance, dont la connaissance n'est possible qu'en essayant...
On peut appeler ça des hasards, des circonstances, des coups de chance ou de malchance, le destin... peu importe comment on se le définit... cette part-là ne nous appartient pas en propre, nous ne pouvons pas la commander...


Mais...
Nous pouvons l'imaginer, la rêver comme on la voudrait, toujours au mieux, toujours avec du ciel bleu sans nuage, avec un horizon si grand qu'on s'y noierait les yeux et l'âme... plutôt que de s'y projeter des mauvaises intrigues de série B, où y a toujours du danger, du suspens, de l'angoisse et des cadavres...

Peut-être que ça change rien...

Mais peut-être que ça change aussi quelque chose ces représentations que l'on se fait de cet inconnu qui codirige nos vies... La pensée a une existence propre... il ne faut pas l'oublier...
Peut-être que ça change rien... mais ... peut-être que ça change tout...

Ce que l'on ne connait pas, pourquoi ne pas l'imaginer de la façon la plus agréable possible ? ...

Partager cet article

Repost 0

REPERES...

  bullet jaune   Sommaire général  

  bullet jaune   Page d'accueil

Liens...